Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Tangage et roulis de David McNeil

David McNeil
  Tangage et roulis
  Dès 03 ans: Mékeskispasse ?

Tangage et roulis - David McNeil

« Est-ce ainsi que les hommes vivent ? »
Note :

   Un récit superficiel et vain que j’ai été étonnée de trouver dans la collection blanche Gallimard.
   
    L’auteur boit et veut arrêter (la dernière mode en ce moment qui va très probablement être bientôt suivie par la série « oui, mais je n’y arrive pas » avec une excuse, hyper ringarde d’accord, mais qui vous a quand même des allures libérées, du genre « je suis trop libre d’esprit pour pouvoir suivre une cure de désintox »).
   
    Comme il risquerait d’atteindre un bistrot à pied ou en vélo s’il se contentait de se faire désintoxiquer en Suisse comme tous ses copains les VIP, il va faire cela à Montréal où, c’est bien connu, on ne boit que de l’eau, parfois tempérée d’un peu de sirop d’érable. Et où, sans doute, il n’y a ni vélo, ni bistrot.
   
   Evidemment encore, comme, avant d’être arrivé, cela ne compte pas, il trouve aussitôt intelligent d’avaler quasi simultanément des médocs qui rendent intolérant à l’alcool et le liquide qui fait interférence, le tout au moment où il est coincé dans un avion aux toilettes inaccessibles. Surtout, ne pas se demander pourquoi il fait cela si il veut arrêter ou pourquoi il arrête s’il veut faire cela, parce que si on commence à réfléchir un peu … on ne sait pas jusqu’où on peut aller. En tout cas, pas jusqu’à la fin de ce bouquin.
   
   J’ai été attristée par le fastidieux récit de riche looser, très détaillé mais sans jamais aucune profondeur. Surtout toujours rester entièrement à la surface des choses. Surtout ne rien approfondir, suivre toujours ses pulsions et ne réfléchir sur rien, rouler en suivant la pente, humainement, ne s’enrichir de rien… et continuer jusqu’à ce que cela casse.
   
   Et les femmes dans cette vision du monde ? Je préfère ne pas en parler, je crois qu’on peut dire que c’est pire encore. Petite citation, et je pense que vous comprendrez le problème : « J’ai fermé les yeux et me suis évadé loin de mes tracas vers le petit lopin de terre caraïbe qu’était Portobello où vivait Sandy, la petite stripteaseuse à peau de pain d’épice avec qui j’ai passé les plus belles de mes mille et une nuits. »
   
   « Tangage et roulis » est le sixième livre de David Mcneil. Je ne sais pas si les autres me plairaient mieux, ne les ayant pas lus.
   
   Parce qu’il est compositeur de chansons à succès, la presse (qui commente volontiers son livre sur le plan des anecdotes rapportées, sans en évoquer la valeur littéraire) a baptisé l’auteur, « rockeur-écrivain »… Bonne idée, très bonne. Il est peut-être rockeur d’ailleurs. Je ne l’ai pas encore entendu, mais je leur fais confiance..

critique par Sibylline




* * *