Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Sur le sable de Michèle Lesbre

Michèle Lesbre
  Le canapé rouge
  La petite trotteuse
  Sur le sable
  Un lac immense et blanc
  Ecoute la pluie
  Chemins

Michèle Lesbre est une écrivaine française née en 1939.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Sur le sable - Michèle Lesbre

Errances...
Note :

   "J'ai soudain vu les flammes au-dessus de la dune que je longeais depuis un moment. Elles s'étiraient sur le ciel sombre, ne laissant rien apercevoir de ce qu'elle dévoraient avec une ardeur sauvage. J'ignorais où je me trouvais exactement, depuis plus d'une heure je roulais au hasard. J'étais sans doute près de l'une de ces plages où je n'étais pas encore allée, trop éloignées de mes itinéraires routiniers dans cet endroit provisoire. Depuis que j'avais quitté Paris, je n'étais plus chez moi, nulle part. De toute façon, je ne voulais plus être chez moi".
   

   
   Une maison brûle, un homme assis sur le sable la regarde se consumer, c'est lui qui a allumé l'incendie. Il demande à la narratrice de s'asseoir à ses côtés et d'écouter son histoire, de le laisser évoquer les fantômes du passé qui hantaient la maison.
   
   Ce passé fait curieusement écho aux souvenirs de la femme. Des fils se croisent et se tissent, tout en l'écoutant parfois distraitement, elle évoque pour elle-même ses propres fantômes, les amours passées, les lieux habités et visités.
   
   L'histoire est ténue et pourtant très prenante, grâce à l'écriture de Michèle Lesbre. Ce roman-là est écrit sous l'égide de Patrick Modiano. La narratrice est veilleuse de nuit dans un hôtel et en profite pour relire tous ses livres, ce qui donne lieu à des citations fréquentes. Elle met ses pas dans ceux de Dora Bruder, la petite bijou etc ... Je ne connais pas tout Modiano, mais j'en ai suffisamment lu pour ne pas être perdue dans cet univers mélancolique, élégant, évanescent.
   "Je suis sortie et j'ai marché dans la nuit, longtemps, jusqu'au quartier qui avait été celui de Dora Bruder enfant, avant qu'elle ne disparaisse. En revenant dans la chambre, j'ai ouvert le livre et l'ai relu en entier".

   
   Le style est limpide, le récit tout en sensibilité, c'est ma troisième lecture de Michèle Lesbre et je suis toujours autant sous le charme. J'aime les errances d'hôtel en hôtel d'une femme qui ne sait plus où elle en est, les départs, les retours, les interrogations, cette impression qu'elle sait nous donner d'être en voyage à côté de ses personnages. Et le tout ne dégage pas de tristesse. Un beau moment de lecture.

critique par Aifelle




* * *