Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Comme un roman de Daniel Pennac

Daniel Pennac
  Chagrin d'école
  Dès 10 ans: Kamo et moi
  Au bonheur des ogres
  La fée carabine
  La petite marchande de prose
  Dès 10 ans: L'œil du loup
  Comme un roman
  Journal d’un corps
  Des chrétiens et des maures
  Merci
  Le cas Malaussène
  Aux fruits de la passion
  Mon frère

Daniel Pennac est le nom de plume de Daniel Pennacchioni, écrivain français né en 1944 à Casablanca.
Il a reçu le prix Renaudot en 2007 pour son essai "Chagrin d'école".

Comme un roman - Daniel Pennac

Le nouveau "culturellement correct"
Note :

    Résumé
   
   "LES DROITS IMPRESCRIPTIBLES DU LECTEUR
   
   1. Le droit de ne pas lire
   2. Le droit de sauter des pages
   3. Le droit de ne pas finir un livre
   4. Le droit de relire
   5. Le droit de lire n'importe quoi
   6. Le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible)
   7. Le droit de lire n'importe où
   8. Le droit de grappiller
   9. Le droit de lire à haute voix
   10. Le droit de nous taire

   
   
   Commentaire
   
   J'avais entendu énormément de bien sur ce livre et la plupart des commentaires lus et entendus sont dithyrambiques. Je suis donc entrée dans ce livre confiante de passer un bon moment et pourtant, mon plaisir de lecture a été en dents de scie tout au long du livre et le malaise ressenti s'explique difficilement.
   
   Tout d'abord, j'ai beaucoup aimé "Les droits du lecteur". Ils m'ont bien fait rire, je me suis souvent reconnue, entre autres dans le sentiment d'échec quand je n'arrive pas à apprécier - et surtout à terminer - un monument de la littérature. La peur d'avoir raté quelque chose. C'est d'ailleurs le seul "commandement" que j'ai beaucoup de difficulté à respecter! Je finis presque toujours un livre, peut-être pour mieux me connaître comme lectrice et mieux comprendre pourquoi j'aime et pourquoi je n'aime pas. Cette partie m'a vraiment plu. J'ai aussi aimé cette déclaration d'amour aux livres et aux romans en général. La passion pour la lecture et le désir de la transmettre transparaît dans chaque ligne.
   
   Par contre, je dois dire que je me suis souvent sentie "jugée" - ce n'est pas le bon terme... mais je n'en trouve pas d'autre - par certains passages. D'un côté, on prêche la liberté dans la lecture et de l'autre, on dit qu'il y a des façons meilleures que d'autres de lire. Peut-être que c'est parce que j'aime parler de mes lectures, en discuter, que je me suis sentie parfois "pas correcte" selon ses critères. J'ai de la difficulté à expliquer, je sais que je ne suis pas cohérente et j'imagine que j'ai mal saisi l'intention de l'auteur - qui, j'imagine, était de prouver exactement le contraire - mais c'est de cette façon que je l'ai perçu au premier abord. Je n'ai pas aimé la façon de ridiculiser certaines pratiques et certaines façons de faire. J'ai eu l'impression qu'on généralisait un peu trop certaines pratiques enseignantes et, ayant connu de merveilleux enseignants (bon, ok, des moins bons aussi... mais quand même!), il y a un côté de moi qui s'est révolté. Oui, je sais que ce n'est qu'une illustration pour faire passer le message, mais quand même! J'ai été dérangée. Et ceux qui se posent la question... eh non, je ne suis pas prof!
   
   Quant à la partie plus académique, j'avais comme l'impression que les idées énoncées étaient des évidences. Le plaisir de lire, l'idée de se faire raconter des histoires et de les apprécier, pour passer à autre chose ensuite, il me semble que c'est la base. J'ai trouvé que les idées étaient intéressantes (bien que je doute qu'elles soient si miraculeuses) et qu'elles vaudraient la peine d'être tentées. Mais peut-être est-ce mon travail qui me fait mal interpréter certains propos.
   
   En bref, il y a un malaise entre ce livre et moi. Je ne suis vraiment pas habile pour le décrire ou pour l'expliquer mais ceci a nettement entaché mon plaisir de lecture. Et j'en suis vraiment déçue car n'avais de grandes attentes.

critique par Karine




* * *