Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Enquête sur la disparition d'Emilie Brunet de Antoine Bello

Antoine Bello
  Éloge de la pièce manquante
  Les falsificateurs
  Les éclaireurs
  Enquête sur la disparition d'Emilie Brunet
  Ada

Antoine Bello est un écrivain et entrepreneur français né en 1970 à Boston.

Enquête sur la disparition d'Emilie Brunet - Antoine Bello

Achille Poirot et Hercule Dunot
Note :

   Le détective Achille Dunot souffre d'une étrange forme d'amnésie.
   Depuis un récent accident, sa mémoire ne forme plus de nouveaux souvenirs, si bien qu'il se réveille chaque matin en ayant tout oublié des événements de la veille. Quand le chef de la police lui demande d'enquêter sur la disparition d'Emilie Brunet, une des femmes les plus riches du pays, Achille décide de tenir un journal dans lequel il consignera le soir, avant d'aller se coucher, les enseignements de la journée.
   Lui qui ne jure que par Agatha Christie devient ainsi à son insu le héros et le lecteur d'un drôle de roman policier... dont il est aussi l'auteur. Très vite, tout accuse Claude Brunet, le mari de la disparue. Il a plusieurs mobiles et aucun alibi. Il se vante à demi-mot d'avoir commis le crime parfait. Mais surtout, il ose critiquer les méthodes d'Hercule Poirot...
   
   J'ai tourné les pages avec avidité, cherchant à élucider, à savoir si le détective Achille Dunot, contre toute vraisemblance allait parvenir à confondre le suspect numéro 1, Claude Brunet, mari de la victime. La forme de la narration est fort originale et c'est à un véritable jeu de chat et de la souris qui se déroule sous nos yeux. Néanmoins la part d"humanité d'Achille Dunot, sa fragilité liée à sa souffrance comme à celle de son épouse ajoute une part non négligeable à l'histoire.
   
   Aux deux épéistes, il faut adjoindre un tiers larron (même s'il existe bien d'autres personnages: témoins, policiers etc. tout au long de cette histoire) qui n'est autre qu'Agatha Christie. Et là, un regret s'est dressé tout au long de ma lecture: ne pas avoir une culture aussi vaste que ces deux hommes ou un temps parallèle pour combler mes lacunes. Il est vrai que nul n'est besoin d'avoir lu tous les livres cités mais l'envie reste là afin de savoir si mon imaginaire aurait suivi le leur à la lecture de ce journal littéraire, compte rendu et analyse d'une enquête.
   
   Bel examen de l'auteur (je vous rassure si vous ne portez pas dans votre cœur ou êtes totalement ignorant de l'œuvre, rien ne vous empêchera de poursuivre votre enquête/lecture), des situations qui s'entrecroisent, de la part que joue notre mémoire et l'interprétation, des sensations a posteriori.
   
   Confronter à un maître du cerveau et de ses émotions un détective est une belle et riche idée. L'homme a tout pour lui mais également une capacité à se faire haïr hors du commun. De presque victime il devient suspect, mais avant tout manipulateur.
   
   Mais les choses sont-elles vraiment ainsi que notre détective nous les laisse lire. A force de voir en Hercule Poirot une référence, la chute de l'histoire sera-t-elle similaire à la fin du héros d'Agattha Christie?
   
   Seuls votre imagination et votre avis personnel pourront donner la chute et le point final à cette histoire.
   ↓

critique par Delphine




* * *



Parfaitement jouissif!
Note :

   Achille Dunot, policier à la retraite, souffre d'une amnésie bien particulière depuis qu'il a reçu sur la tête une bibliothèque pleine de polars: il n'a plus de mémoire immédiate, il faut lui raconter tous les jours ce qu'il a fait la veille. Un de ses anciens collègues, Henri Gisquet, chef de la police, vient lui demander une faveur: l'aider dans l'enquête sur la disparition d'Emilie Brunet, une jeune femme disparue en même temps que son amant, Stéphane Roget. Tout semble accuser le mari, Claude, neurologue de génie. Un duel s'engage entre Achille et Claude.
    
   Voilà un court roman parfaitement jouissif, chers happy few, dont je vais essayer de parler sans spoiler* (si, si, je peux le faire, je vous le promets). Nourrie par l’œuvre d'Agatha Christie (que j'ai pour ma part lue dans son intégralité ce qui je pense rajoute au fort plaisir de lecture ressenti à suivre les raisonnements d'Achille, dont le prénom est, comme celui du détective belge, mythologique et programmatique (Achille avait un défaut dans la cuirasse) et dont le nom est le reflet de son état d'esprit (Dunot pour moi renvoie à la forme anglaise contractée "Dunno" qui signifie "don't know"), ne dites pas que je capillotracte, c'est si peu dans ma manière), cette "Enquête sur la disparition d'Emilie Brunet" est originale tant dans sa forme (Achille tient un cahier qu'il relit tous les matins, dans lequel il retranscrit les interrogatoires et ses interrogations) que dans le fond (l'enquête tourne vite à l'affrontement entre les deux hommes, l'enquêteur et le suspect).
   
   L'amnésie de Dunot permet tout de suite la mise en place d'un cadre sujet à caution, puisque lui-même redécouvre tous les jours ce qu'il a écrit la veille et interroge ses propres écrits (pourquoi a-t-il noté cela et pas autre chose, pourquoi a-t-il cru bon de rayer certaines informations, pourquoi a-t-il manifestement omis telle ou telle chose), et le lecteur, contraint de suivre ses traces scripturales cherche à percer le mystère avec les informations forcément faussées et partiales dont il dispose. C'est un véritable jeu de piste que je me suis pour ma part régalée à suivre, chers happy few et je ne vous livrerai pas le résultat de mes réflexions, chacun étant libre d'interpréter l'histoire à sa manière (même si à mon avis il n'y a qu'une solution possible).
   
    Une première rencontre très réussie avec Antoine Bello, dont je vais m'empresser de lire les premiers romans!
   
   
   * spoiler = révéler des éléments de l’histoire que le lecteur ne devrait découvrir qu'au fil de sa lecture 

critique par Fashion Victim




* * *