Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le feu follet de Pierre Drieu La Rochelle

Pierre Drieu La Rochelle
  L'homme couvert de femmes
  Le feu follet

Ecrivain français est né le 3 janvier 1893 à Paris. Romancier, essayiste et journaliste, il fut un auteur important dans la première moitié du XXe siècle.
Collaborateur pendant la seconde guerre mondiale, il se suicida en 1945.

Le feu follet - Pierre Drieu La Rochelle

La chute
Note :

   Extrait
   
   " Maintenant, il savait tout le prix de Dorothée. Au fond de lui-même, il croyait qu'il avait gardé un pouvoir sur elle et qu'il pouvait la reprendre, si enfin il s'en donnait la peine. Et il ne pouvait pas croire que l'émoi qu'il ressentait ne fût pas communicatif. Elle avait l'air si bon, sur cette photo. Sa bouche répétait ce que disaient les yeux: une tendresse timide. Ses seins frêles disaient encore la même chose, et sa peau qui fuyait sous ses doigts, ses mains friables."

   
   
   Un roman en forme de descente aux enfers. Alain est un homme fatigué de vivre, usé par l'alcool et la drogue, aigri et solitaire. Le roman nous fait vivre son désespoir, ses pensées, ses regrets, lors des derniers jours de sa vie. En quête d'un peu d'amour, cherchant désespérément un sens à sa vie et au monde qui l'entoure, Alain va aller d'échec en échec, pour constater que toute notre existence n'est que vanité.
   
    Un court roman, presque une nouvelle, qui pourtant a la force du "Voyage au bout de la nuit" de Céline. Le personnage devient même extrêmement touchant dans son désespoir, et surtout il parvient à nous faire sentir le dégoût d'une société pour elle-même.
   
   Une œuvre intemporelle qui évoque la folie, l'angoisse existentielle, la solitude, le désespoir, la toxicomanie... Thèmes qui sont malheureusement toujours d'actualité.
   
   Un chef d'œuvre mené par une écriture magnifique, qui vous donnera sans doute envie de (re)voir la splendide adaptation cinématographique de Louis Malle (avec Jeanne Moreau!)
    ↓

critique par Elizabeth Bennet




* * *



Manque de savoir vivre
Note :

   Ecrit par un écrivain des plus contestés pour ses opinions politiques dans les années trente et ses amitiés, sa collaboration, pendant la dernière guerre mondiale, le roman, lui, paraît en 1931, avant l'adhésion de l'écrivain au fascisme. Il traite du suicide comme solution à la détresse existentielle.
   "La destruction, c'est le revers de la foi dans la vie; si un homme au-delà de dix-huit ans, parvient à se tuer, c'est qu'il est doué d'un certain sens de l'action.
   Le suicide, c'est la ressource des hommes dont le ressort a été rongé par la rouille, la rouille du quotidien. Ils sont nés pour l'action, mais ils ont retardé l'action; alors l'action revient sur eux en retour de bâton. Le suicide, c'est un acte, l'acte de ceux qui n'ont pu en accomplir d'autres."

   
   Romancier et essayiste, Drieu la Rochelle naît né à Paris en 1893. Il prend part aux combats de la Première Guerre mondiale. Hanté par la décadence de la société, il se rallie au fascisme. A la tête de la NRF , sa collaboration avec l'Allemagne nazie pendant la guerre vaut à son oeuvre d'être tenue à l'écart . En 2012, l'édition de son oeuvre dans la Pléïade fait polémique mais reconnaît sa valeur en tant qu'écrivain...
   
   Drieu la Rochelle met beaucoup de lui-même dans Alain, personnage de son roman "Le feu follet". Comme son héros, La Rochelle ne se trouve pas sa place dans une société dont il voit les dérives, a laquelle il ne peut s'adapter et il est hanté par l'idée du suicide.
   
   Alain est un personnage nihiliste, sombre et désespéré. C'est en vain qu'il cherche, au cours des derniers jours de sa vie, une raison de raccrocher en rencontrant ses amis. Il n'aime pas les autres et les autres le lui rendent bien. Son seul dieu est l'argent dont il est séparé "par sa paresse, et sa volonté secrète et à peu près immuable de ne jamais le chercher par le travail". Il vit donc au crochet de ses amis et surtout des femmes qui lui en donnent mais jamais assez. Gigolo vieillissant, il est prêt à divorcer de sa femme Dorothy parce qu'elle n'est pas assez riche, pour épouser Lydia qui lui donnera de l'argent à volonté. Or à quoi lui sert l'argent?
   " L'argent résumant pour lui l'univers, était à son tour résumé par la drogue... Voilà ce que signifiait le chèque de Lydia posé sur sa table. C'était la nuit, c'était la drogue."
   

   Drieu la Rochelle fait une analyse lucide et terrible de la dépendance liée à la drogue, de cet enchaînement auquel on ne peut se soustraire, de cet engrenage inexorable qui conduit à la mort.
   "Tel est le sophisme que la drogue inspire pour justifier la rechute : je suis perdu, donc je puis me redroguer."
   

   Les souffrance physiques et morales qui lui sont attachées sont d'autant plus fortes qu'il n'a pas les ressources de caractère qui lui permettraient de lutter :
   
   "Cette souffrance était grande; mais même si eut moindre, elle eut encore été terrible pour un être dont toutes les lâchetés devant la rudesse de la vie s'étaient conjurées depuis longtemps pour le maintenir dans cette dérobade complète de paradis artificiel."

   
   On voit que Drieu la Rochelle n'épargne pas son personnage et en dresse un portrait sans concession. De plus, il porte un jugement sans appel contre la drogue, dénonçant sans équivoque les bassesses et les faux semblants de ces paradis artificiels.
   "Il avait vu en pleine lumière les caractères véritables de la vie des drogués : elle est rangée, casanière, pantouflarde. Une petite existence de rentiers qui, les rideaux tirés, fuient les aventures et difficultés. Un train train de vieilles filles unies dans une commune dévotion, chastes, aigres, papoteuses, et qui se détournent avec scandale quand on dit du mal de la religion."
   

   Mais la société qui entoure Alain n'est pas meilleure et l'image que lui en renvoient ses amis est décidément négative. Si Alain se tue, c'est parce qu'il a regardé "les gens comme jamais il ne les avait regardés" :
   "Contre ce monde des hommes et des femmes, il n'y a rien à dire, c'est un monde de brutes. Et si je me tue, c'est parce que je ne suis pas une brute réussie. Mais le reste, la pensée, la littérature, ah! je me tue aussi parce que j'ai été blessé de ce côté-là par un mensonge abominable. Mensonge, mensonge. Ils savent qu'aucune sincérité n'est possible et pourtant ils en parlent; Ils en parlent les salauds."

   La seule solution reste donc le suicide :
   "La destruction, c'est le revers de la foi dans la vie; si un homme au-delà de dix-huit ans, parvient à se tuer, c'est qu'il est doué d'un certain sens de l'action. Le suicide, c'est la ressource des hommes dont le ressort a été rongé par la rouille, la rouille du quotidien. Ils sont nés pour l'action, mais ils ont retardé l'action; alors l'action revient sur eux en retour de bâton. Le suicide, c'est un acte, l'acte de ceux qui n'ont pu en accomplir d'autres"
   

   Le suicide nous dit La Rochelle est "l'aboutissement obligé d'une morale de dégoût ou de mépris." Ces mots écrits en 1931 sont prémonitoires puisque Drieu La Rochelle passera à l'acte en 1945.
   
   Films
    Les deux adaptations du roman réalisées par Louis Malle (Le feu follet 1963), et par le norvégien Joachim Trier (Oslo 31 août 2011) sont remarquables. Elles prouvent l'universalité du sujet puisque les réalisateurs ont tous les deux transposé dans leur pays et à leur époque l'histoire d'Alain et sa quête désespérée pour trouver une raison de vivre avant sa mort programmée. 23 Juillet, c'est la date écrite sur un miroir par Maurice Ronet (Alain) qui fixe le jour de sa mort; 31 Août, le dernier jour de l'été en Norvège, c'est celle prévue par Anders Danielsen Lie (Anders) pour son suicide. Joachim Trier veut montrer "la façon dont on passe à côté les uns des autres". Pour Drieu la Rochelle, son héros se suicide parce que c'est le seul acte de noblesse qu'il peut accomplir. Avec Louis Malle, Alain se tue parce qu'il refuse de vieillir.

critique par Claudialucia




* * *