Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dictionnaire amoureux des héros de Patrick Cauvin

Patrick Cauvin
  Le silence de Clara
  C comme: Hors-jeu
  Haute-Pierre
  Belange
  Huit jours en été
  E=MC², mon amour
  Dictionnaire amoureux des héros
  Ados: Une seconde chance
  La nuit de Skyros

Patrick Cauvin, de son vrai nom Claude Klotz, est un écrivain français né le 6 octobre 1932 à Marseille et décédé le 13 août 2010.
Apprécié du grand public, il a publié une trentaine de romans, de 1970 à 2010.

Dictionnaire amoureux des héros - Patrick Cauvin

Patrick et ses héros
Note :

   Une pensée pour Patrick Cauvin qui m'a donné quelques jolis plaisirs de lecture, du vraiment sympa. Aussi ai-je exhumé cette note qui date des balbutiements de mon blog il y a quatre ans.
   
                        Dans la remarquable collection Dictionnaire amoureux je viens de dévorer un passionnant pavé de 700 pages, le "Dictionnaire amoureux des héros" de Patrick Cauvin (Plon). Allez vous balader dans ce somptueux pays d'enfance, vous y croiserez de vieilles connaissances, Zorro, Superman mais aussi le Cid, Don Quichotte, Edmond Dantès, Carmen et bien d'autres. Attention il y a aussi des gens moins recommandables, Dracula, Harry Lime et même un certain J. R.
          
      Patrick Cauvin, ce grand enfant cinéphile et auteur réjouissant ("E=MC2 mon amour", "Monsieur Papa") fait preuve d'érudition et de malice, et plus encore de tendresse pour tous nos amis d'enfance et d'imaginaire. Et puis Cauvin n'oublie jamais les autres, le Sergent Garcia, Ivan Ogareff ou Messala, car il sait bien que les héros n'existent que par leurs ennemis, tout aussi passionnants.
   
   Évidemment il en manque, il en manque toujours dans un dictionnaire et c'est tant mieux car rien ne vous empêche d'y rajouter les vôtres. Personnellement j'ai regretté l'absence de la Table Ronde et celle d'Achille Talon. Peu importe, ce qui demeure c'est qu'après quelques décennies on puisse toujours compter sur leur aide, qu'elle nous vienne du Texas, de la Mancha, de Transylvanie ou d'Ithaque, ou simplement de Baker Street ou du Quai des Orfèvres. On a beau dire, sans ces gens là, on aurait vécu moins bien.
   
   Un dernier mot, mon préféré c'est Tom Joad des "Raisins de la colère".
   
   
   PS : Si le concept vous plaît, voir ici.

critique par Eeguab




* * *