Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Anges déchus de Gunnar Staalesen

Gunnar Staalesen
  Anges déchus
  Le loup dans la bergerie
  La Belle dormit cent ans
  La nuit tous les loups sont gris
  Le roman de Bergen - 3 - Le crepuscule
  Le roman de Bergen - 1 - L'aube
  Le roman de Bergen - 2 - Le zénith
  Fleurs amères
  Comme dans un miroir
  L’Enfant qui criait au loup

Gunnar Staalesen est né à Bergen, en Norvège, en 1947. Il fait des études de philologie et débute en littérature à 22 ans. Il se lance peu à peu dans le roman policier et crée en 1975 le personnage de Varg Veum, qu'il suivra dans une douzaine de romans.
(Source éditeur)


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Anges déchus - Gunnar Staalesen

Varg Veum
Note :

   Gunnar Staalesen est un auteur de polar norvégien. Bergen, grande ville portuaire, est son lieu de référence. C’est là qu’il localise Varg Veum, son héros récurrent, détective privé tendance looser (un peu de Burma, l’humour en moins). Varg Veum semble être un jeu de mots norvégien en rapport avec le loup, le solitaire.
   Dans « Anges déchus », tout commence à l’enterrement d’un ami d’enfance, au cours duquel Varg Veum retrouve des amis de prime enfance qu’il avait perdus de vue. Jakob, l’un d’entre eux, lui demande de rechercher sa femme qui vient de le quitter, femme qui n’est autre que l’amour d’enfance de Varg Veum, amour inoublié, bien entendu. De fil en aiguille, une série de morts récentes parmi les anciens partenaires musicaux de Jakob, parait suspecte à Varg Veum. Et les enquêtes se suivent et l’intrigue prend une ampleur insoupçonnée au départ et … l’on se prend au jeu.
   L’action se déroule en décembre. Décembre à Bergen n’est pas précisément … ensoleillé, et l’atmosphère de ce polar est à l’unisson : plutôt glauque et baignant dans une semi-obscurité … nordique.
   Il ne s’agit pas d’un simple polar avec une intrigue dont il faut démêler les fils. Plus un roman sur des vies de norvégiens moyens, plutôt désabusés, agrémenté d’une intrigue. Le lecteur n’est pas bousculé, la psychologie des personnages est l’élément moteur de l’action. C’est bien mené. Gunnar Staalesen nous tient la main pour nous éviter de nous perdre dans l’absence de clarté de l’hiver norvégien et à partir du milieu du roman j’ai commencé à ressentir du mal à lâcher le bouquin. Le genre donc que vous finissez à 1H30 du matin !
   « Il y a des jours où le café a le goût de petits pains frais tout juste sortis de la boulangerie. Et il y a des jours où il a le goût d’amande amère. C’est tout juste s’il ne vous achève pas. C’était ce genre de jours. Et le pain n’était pas spécialement frais non plus.
   …
   Nous nous revîmes à l’enterrement de Johnny Solheim, presque au complet. L’hiver attendait toujours quelque part derrière l’océan. Les montagnes gris plomb qui entouraient la ville étaient nues, comme frappées dans une plaque de métal qu’un forgeron céleste avait posée sur la ville, comme un matériau inutilisé, jeté là par hasard. Les visages de ceux qui se rassemblaient devant la chapelle avaient le même aspect métallique. C’était une procession lugubre, comme toujours dans ces occasions. »
   A découvrir.
   
   
   Varg Veum
   
    1. Le Loup dans la bergerie (Bukken til havresekken) (1977)
    2. Pour le meilleur et pour le pire (Din, til døden) (1979)
    3. La Belle dormit cent ans (Tornerose sov i hundre år) (1980)
    4. La Femme dans le frigo (Kvinnen i kjøleskapet) (1981)
    5. La nuit, tous les loups sont gris (I mørket er alle ulver grå) (1983)
    6. Brebis galeuses (Svarte får) (1988)
    7. Anges déchus (Falne engler) (1989)
    8. Fleurs amères (Bitre blomster) (1991)
    9. Les chiens enterrés ne mordent pas (Begravde hunder biter ikke) (1992)
    10.L'Écriture sur le mur (Skriften på veggen) (1995)
    11.Comme dans un miroir (Som i et speil) (2002)
    12.Face à face (Ansikt til ansikt) (2004)
    13.L’Enfant qui criait au loup (Dødens Drabanter) (2006)
    14.Cœurs glacés (Kalde hjerter) (2008)

critique par Tistou




* * *