Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 09 ans: C'est toujours bien de Philippe Delerm

Philippe Delerm
  La Cinquième saison
  La première gorgée de bière
  Dès 09 ans: C'est bien
  Dès 09 ans: C'est toujours bien
  La sieste assassinée
  Ma grand-mère avait les mêmes
  Le bonheur
  La bulle de Tiepolo
  Autumn
  Dickens, barbe à papa et autres nourritures délectables
  Le trottoir au soleil
  Quelque chose en lui de Bartleby
  Je vais passer pour un vieux con
  Elle marchait sur un fil

Philippe Delerm est un écrivain français né en 1950.
Il vit en Normandie, dans l'Eure et est le père du chanteur-compositeur Vincent Delerm.

Dès 09 ans: C'est toujours bien - Philippe Delerm

La vie est pleine de petits bonheurs, tout doux, forts ou légers
Note :

    À partir de 9-10 ans.
   
    Ce petit livre est un prolongement du premier recueil de nouvelles “C’est bien”.
    Construit selon le même modèle, tout comme “la première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules”, cet ouvrage rassemble quelques instantanés de ces plaisirs de tous les jours, ces bons moments tout simples que l’on savoure avec douceur et tendresse. Ils sont ces petits riens de l’enfance que tout lecteur peut percevoir, petit ou grand avec un brin de nostalgie.
    Avec une écriture incontestablement simple, d’une infinie justesse et parce qu’elle est agrémentée de cette indiscutable touche poétique, ces toutes petites histoires atteignent la sensibilité de chacun et font ressurgir ces petits bonheurs doux et apaisants qui habitent notre mémoire.
   
    C’EST TOUJOURS BIEN de choisir un parfum de glace, de plonger dans un pot de confiture, de sentir Noël, de mouiller ses espadrilles…
   
    À lire et à relire sans modération ainsi que le précédent recueil :
    -”C’est bien”.
   
    [En France, ce livre est inscrit par le Ministère de l’Éducation Nationale sur la liste de référence d’ouvrages de littérature conseillés pour le cycle 3 (8-11 ans)].

critique par Véro




* * *