Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Six problèmes pour Don Isidro Parodi de Jorge Luis Borges

Jorge Luis Borges
  Six problèmes pour Don Isidro Parodi
  Fictions
  L'Aleph

Jorge Luis Borges est un écrivain et poète argentin né en 1899 et décédé en 1986.

Six problèmes pour Don Isidro Parodi - Jorge Luis Borges

Eh bien non.
Note :

   Don Isidro Parodi est un drôle de bonhomme. Enfermé dans une cellule d'une prison d'Argentine, il y reçoit, de curieux visiteurs venus lui exposer l'insoluble énigme qui perturbe leur vie. Car Don Isidro est une sorte de génie de la logique et de l'imagination (pas au point cependant, on le notera, de s'éviter de se retrouver en prison) et il est capable de tout résoudre. Nous avons donc ici six des problèmes alambiqués que Parodi parviendra à résoudre sous nos yeux éblouis.
   
   Eh bien non, je dois avouer que je n'ai pas été séduite. J'ai trouvé les récits extrêmement confus.En particulier, quand ils sont si occupés à imiter le mode oral du personnage en scène qu'ils deviennent totalement embrouillés. Les caractères m'ont paru outranciers, les situations superficielles, ridicules ou hors de toute réalité, sans présenter pour autant le charme de la pure fantaisie.
   
   J'ai trouvé également qu'on s'y tue vraiment pour pas grand-chose et le fait que ce soit d'une façon originale n'excuse pas tout. Donc, les mobiles me semblent légers et le modus operendi inutilement compliqué. Pour ne rien dire de la situation et du rôle invraisemblables de Don Isidro lui même.
   
   Bref, les plus subtils auront compris, je n'ai pas aimé ce livre et d'ailleurs, je ne suis pas allée jusqu'au bout. J'ai décidé de jeter l'éponge après le quatrième problème. J'aurais pu terminerl'ouvrage, c'est vrai. Ce n'est pas intolérable à lire, (C'est pour cela que je mets tout de même deux étoiles) mais je n'en espérais plus rien. Alors j'ai abandonné pour le suivant de ma pile dont j'attends, au contraire, beaucoup. Pour revenir au style, je lui reconnais une certaine adresse pour m'avoir gardée si longtemps, alors que le récit m'avait perdue.

critique par Sibylline




* * *