Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les robots de Isaac Asimov

Isaac Asimov
  Les dieux eux-mêmes
  Espace Vital
  La Voie Martienne
  Dangereuse Callisto
  Les robots
  Fondation
  Fondation et Empire
  A voté

Isaac Asimov est né en 1920 en Russie et mort en 1992 à New York. C'est un écrivain américain, naturalisé en 1928, surtout connu pour ses œuvres de science-fiction et ses livres de vulgarisation scientifique.

Il a été lu dans le cadre des mois "L'Age d'or de la Science Fiction "

Les robots - Isaac Asimov

Les lois de la robotique
Note :

   Isaac Asimov, de solide formation scientifique, s’est passionné pour ce thème des robots. Peut-être qu’à l’époque (1950), alors que l’on voyait bien que le futur serait un monde avec robots, on se posait beaucoup de questions sur la forme que cette robotisation prendrait. La vision de robots anthropomorphes elle-même, n’était pas encore obsolète. Et Asimov s’est mis en tête, avant que la réalité ne nous confronte aux résultats, de tester par la fiction tous les cas de figures qui lui venaient à l’esprit. Cela nous a donné des nouvelles tout à fait passionnantes.
   
   Dans la préface à son propre ouvrage qu’Asimov fait de ce livre, il souligne le parallèle entre le thème des robots et le mythe si puissant de Frankenstein (qu’on pourrait à mon avis faire remonter plus haut encore: Golem etc.) la constante étant que si l’homme se permet de créer un être, celui-ci se retournera finalement contre lui et lui nuira. Asimov explique alors pourquoi il a tenu dès les prémices à établir les "lois des robots". Ce sont trois lois simples et classées par ordre de priorité d’application, dont les robots sont imprégnés et desquelles ils ne peuvent se libérer. Garanties indispensables pour eux, les hommes n’ont jamais permis la mise en service d’aucun robot qui ne fut totalement imprégné de ces lois que voici (et admirez comment une formulation minutieuse (et astucieuse) a su condenser en 3 phrases la totalité des cas de figure):
   "1ère loi : Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.
   2ème loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la première loi.
   3ème loi : Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’est pas en contradiction avec la 1ère ou la 2ème loi."

   
   Et Asimov avait suffisamment de travail sur ces bases-là pour pouvoir affirmer hautement que jamais aucun de ses robots ne s’était révolté contre l’homme. Exit le sujet-bateau, voyons ce qu’on peut faire de plus intéressant. Car point n’est besoin d’une action aussi primaire que cette sempiternelle rébellion pour que l’homme se trouve confronté à bien des problèmes avec ses créatures, comme nous allons le voir.
   
   Ce roman s’apparente à un recueil de nouvelles en ce qu’il nous rapporte une série de problèmes rencontrés par Susan Calvin (robotpsychologue, pionnière), l’US Robots (le plus grand créateur de robots) et quelques uns de ses principaux dirigeants et employés (comme Donovan et Powell, les testeurs). Ces cas sont rapportés par ordre chronologique et mettant en scène les mêmes personnages, nous passons du recueil de nouvelles au roman. Robie nous montrera ainsi jusqu’où peut aller l’attachement réciproque entre un robot-bonne d’enfant et un petit d’homme; SPD, dit Speedy, nous montrera ce qui peut arriver quand un conflit entre les 3 lois met le robot dans une situation cornélienne. QT, dit Cutie, le 1er robot à se demander d’où il vient élabore une vision du monde qui vaut bien la nôtre, mais comme les deux sont incompatibles…, Sans parler des incroyables complications qui surviennent quand un robot est (accidentellement) doué de télépathie ou quand un choc intellectuel lui fait développer son sens de l’humour.
   Parallèlement, et comme on n’arrête pas le progrès, comment pourrons nous toujours reconnaître un homme d’un robot alors même que leur aspect ne le permettrait plus?
   Et pour finir si, mieux informés, plus aptes aux calculs et à l’organisation, dénués de cupidité ou de désir de gloire, entièrement dévoués au bien-être humain et ne tolérant jamais qu’il leur soit fait aucun mal (grâce aux 3 lois), les robots géraient la terre, faudrait-il le regretter et tenter de les en empêcher?
   
   Avouez qu’il y a là de quoi réfléchir autant qu’on se distrait!
   
   Alors, quand on vous dira "Asimov", répondez toujours "Lois de la robotique"!

critique par Sibylline




* * *