Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Etoiles, garde à vous ! de Robert Anson Heinlein

Robert Anson Heinlein
  Etoiles, garde à vous !
  Double étoile
  Une porte sur l'été

écrivain américain de science-fiction né en 1907 dans le Missouri (États-Unis) et décédé en 1988en Californie.

Il a été lu dans le cadre des mois "L'Age d'or de la Science Fiction".

Etoiles, garde à vous ! - Robert Anson Heinlein

La SF engagée
Note :

   Titre original: Starship Troopers
   
   
   Quand j'ai découvert le film de Verhoeven, j'ai lu ici et là qu'il était assez différent du bouquin d'origine. Alors que l'œuvre cinématographique tourne en dérision la propagande de l'armée, le livre défend une société futuriste où le service militaire serait le seul moyen d'acquérir le droit de vote. L'auteur juge très sévèrement les démocraties du XXe siècle et peine à cacher son anti-communisme. Pour autant, le système politique qu'il "propose" est réellement intéressant et grassement argumenté à diverses occasions de l'histoire.
   
   L'histoire, justement. Dans les grandes lignes elle reste proche de celle du film: on suit la destinée du jeune Johnnie Rico qui s'engage dans l'infanterie mobile, suit un entraînement à la dure et part pulvériser de l'arachnide géant. Mais, contrairement au film, le livre s'attarde énormément sur les valeurs, la hiérarchie et la tactique militaires. C'est très technique mais souvent inventif. Tout le topo sur les scaphandres de combats est assez ouf, d'ailleurs il parait que c'est Heinlein l'inventeur de l'exosquelette en SF (passés à la trappe dans l'adaptation ciné). Attention quand même, ceux qui cherchent des descriptions de batailles spectaculaires ou un gros travail de psychologie sur les personnages seront déçus: l'auteur ne s'y attarde pas.
   
   Une œuvre étrange donc, différente de ce à quoi je m'attendais, mais quand même très bien foutue, que l'on soutienne ou non les prises de positions politiques de son auteur.
   
   
   NB : le bouquin a raflé le prix Hugo en 1960.

critique par Supernounours




* * *