Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 10 ans: Le journal d'une sorcière de Celia Rees

Celia Rees
  Dès 10 ans: Le journal d'une sorcière

Dès 10 ans: Le journal d'une sorcière - Celia Rees

Et si on profitait de votre goût pour les sorcières pour réviser l'Histoire...
Note :

   Les enfants ont besoin de livres! S’ils en manquent, ils deviennent grognons, tristes, désagréables, voire agités. Songez-y.
   
   Ici, tous les mardis, pour enfants et ados, deux titres commentés et encore 1 lecture ado le samedi.
   
    Et pensez à aller faire un tour dans notre Rubrique "Enfants/Jeunesse", pour tous les âges, vous y trouverez des trésors, bien rangés.

   
   
   1659 en Angleterre. Une vieille femme est condamnée pour sorcellerie et exécutée. Sa petite-fille, Mary, est contrainte à la fuite et s'exile en Amérique, accompagnant dans son voyage une famille puritaine. Un interminable voyage commence pour la jeune fille, en butte à la méfiance, à la rigueur des règles religieuses et aux superstitions.
   
   Ne vous attendez pas à la veine Harry Potter malgré le titre de ce roman jeunesse! Pas de sorts, de baguettes magiques et autres chaudrons dans le journal de Mary, mais le quotidien d'une jeune fille livrée à elle même au milieu du 17e siècle, prise dans les remous d'une époque où les luttes religieuses et la chasse aux sorcière battent leur plein.
   
   L'histoire de Mary est celle d'une jeune femme que ses dons et ses connaissances mettent en danger, que sa curiosité pour le monde expose au pire. Comme beaucoup de sorcières, comme sa grand-mère, elle connait les plantes, vit en marge, beaucoup trop libre pour une société fermement contrôlée par les églises. Et s'il est question d'apparitions, ou de transformations, ce sont les anciennes croyances qui sont évoquées, celles qui persistent clandestinement.
   
   De manière intéressante, son journal questionne la place des femmes dans la société et principalement dans la société puritaine, finalement guère différente des autres: Mary la marginale, sa grand-mère, les femmes de la colonie, filles, épouses, veuves qui grappillent comme elles peuvent des miettes de liberté quitte à utiliser les règles pour se battre. On rencontre les échos de l'histoire de Salem, échos qui disent l'aliénation que représentent les règles puritaines, la folie, la haine et la peur qui en naissent, surtout envers ce qui est différent. La question de l'altérité est au centre du roman: il y a Mary bien sûr, jamais à sa place dans la colonie, mais aussi la confrontation des colons au monde indien, la peur, le mépris et le rejet de ce que les natifs du continent pourrait leur apprendre, le sentiment de supériorité qui mène à tous les excès et annonce les drames à venir.
   
   Je n'irais pas jusqu'à dire que Celia Reez évite les écueils d'un certain manichéisme, mais elle parvient à brosser le portrait d'une communauté d'homme dans sa complexité sans éviter d'aborder des questions difficiles et en restant cohérente avec le contexte historique. Tout cela fait de ce journal, présenté comme un document retrouvé un texte d'une grande sensibilité, soutenu, ce qui ne gâche rien, par une belle qualité d'écriture. A déguster sans aucune restriction dès 10 ans!
   
   "Prix sorcières" 2003.

critique par Chiffonnette




* * *