Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Coupe d'or de Henry James

Henry James
  La Bête dans la jungle
  Le tour d’écrou
  Du roman considéré comme un des beaux-arts
  Le Banc de la désolation
  Washington Square
  Les Dépouilles de Poynton
  Le menteur
  Une Vie à Londres
  Les Bostoniennes
  L'élève
  Les Secrets de Jeffrey Aspern
  La Coupe d'or
  Les Européens
  Les Ambassadeurs
  Portrait de femme
  Daisy Miller
  Voyage en France
  Le Fantôme locataire
  L’autre maison
  Roderick Hudson

Ecrivain né à New York en 1843 dans une famille aisée.
Il a beaucoup voyagé et séjourné en Europe, spécialement en Grande Bretagne. Il demanda la nationalité britannique un an avant sa mort en 1916.
Il se lança très jeune dans une carrière littéraire (critiques, nouvelles, puis romans, récits de voyages et, bien plus tard, théâtre mais avec beaucoup moins de succès).
Il fut un écrivain très prolifique.

* Vous trouverez sur ce site la fiche de "Le Maître" de Colm Toibin, qui est une biographie romancée de Henry James, ainsi que celle de "L'auteur! L'auteur" de David Lodge.

La Coupe d'or - Henry James

Variations sur le couple
Note :

   Roman en deux parties: la première est contée selon le point de vue du prince Amérigo, la seconde selon son épouse, Maggie.
   
   Jeune noble d'une vieille famille italienne, Amerigo va conclure un mariage de convenance avec Maggie Velver, jeune américaine dont le père est très riche. Il a accepté cette union afin de poursuivre la relation sexuelle et sentimentale qu'il entretient avec Charlotte Strant: cette dernière est pauvre, fière jusqu'à un certain point, aventurière par obligation plutôt que par choix. Ils sont devenus amants en Italie, deux ans plus tôt.
   Reçue par Mr Velver, le père de Maggie, et aimée de lui, Charlotte espère qu'il va l'épouser. Ces deux unions seront fort pratiques pour permettre à Charlotte et Amerigo de se retrouver plus souvent.
   
   Voici donc plusieurs couples:
   1. Maggie et Amerigo qui feignent le bonheur des jeunes mariés. Maggie aime Amerigo. Elle a eu tout de suite l'intuition de son infortune, mais n'en devient que progressivement consciente.
   
   2. Amerigo et Charlotte, couple adultère, qui se voient en secret, toujours épris l'un de l'autre, mais las de cette situation.
   
   3. Mr Velver et Charlotte: le vieux monsieur riche, amoureux, et la jeune femme sans ressources, contrainte de vendre ses charmes par la voie respectable du mariage.
   
   4. Mr Velver et sa fille Maggie. Le père et la fille sont de vieux complices depuis toujours, qui resserrent leurs liens à la naissance du petit fils.
   
   5. Bob et Fanny Assingham: deux Anglais d'âge avancé, sans enfants. Elle est une intrigante , une "marieuse", se flatte de faire et défaire les destinées faute d'en avoir une significative, amuse son mari qui rentre flegmatiquement dans son jeu. Elle a marié le prince Amerigo, elle influence tout le monde... Ils assistent en voyeurs gourmands à ce qui se trame autour d'eux (ce qu'ils croient en deviner).
   
   Plus tard, suite à certains évènements, la situation se renverse. Cette opération de redistribution des couples est contée au moyen de dialogues pleins de sous-entendus où il est difficile de démêler ce que chacun sait ou ne sait pas, veut ou ne veut pas. Ce roman qui, comme les " Ailes de la colombe" exploite la situation du ménage à trois, procède de façon beaucoup plus allusive et suggestive. La substance du récit est diluée dans un produit qui en rend la couleur pâle et indéfinissable.
   
   Les personnages se ressentent du perfectionnement de la technique: moins vigoureux, moins dynamiques, éloignés de la vie. Charlotte ne sera guère plus qu'une amante déçue et mollement vengeresse. Pour décrire les sentiments, James parle d'un buffet, des oscillations d'un lustre au plafond. Les déplacements d'une théière autour des convives rendent compte du désarroi profond des êtres. Les bavardages de Mrs Assingham noient le poisson des événements. Les intrigues compliquées qu'elle déploie, sont un miroir déformant dans lequel il faut retrouver le vrai.

critique par Jehanne




* * *