Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Sorcier de Jim Harrison

Jim Harrison
  De Marquette à Veracruz
  Faux soleil
  Lointains et Ghâzals
  L'été où il faillit mourir
  Sorcier
  En marge - Mémoires
  Julip
  Un bon jour pour mourir
  Dalva
  Retour en terre
  Lettres à Essenine
  Nord-Michigan
  Les jeux de la nuit
  Légendes d'automne
  Une odyssée américaine
  Grand Maître
  Péchés capitaux
  La Route du retour
  Nageur de rivière
  Le Vieux Saltimbanque

Auteur des mois d'avril et de mai 2006

Jim Harrison est né en 1937 dans le Michigan. Il a commencé à écrire dès l´adolescence, par conviction et par ennui, dit-il à peu près.
Il a fait des études de littérature et a commencé à publier de la poésie, puis, des articles, des scenarii, des recueils et ses premiers romans.
Alors qu´il avait débuté dans l´enseignement dans l´état de New York, il abandonne rapidement cette voie pour se consacrer uniquement à l´écriture, et retourner dans le Michigan.


Il est mort d'une crise cardiaque le 26 mars 2016, il avait 78 ans.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Sorcier - Jim Harrison

Hyper sexué
Note :

   Le personnage principal s´appelle Johnny Lundgren, mais il préfère se nommer lui-même Sorcier, nom qui lui fut donné dans son enfance lors d´une cérémonie scout, et ce détail est bien représentatif de son âge mental qui semble effectivement ne guère avoir progressé depuis cette tendre époque.
   
   Johnny Lundgren est un chômeur qui vit sans trop de difficulté grâce à la bienveillance de sa compagne, la torride Diana. Doté pour toutes les choses sensuelles d´un gros appétit, Sorcier ne semble se préoccuper que de manger et boire et baiser et manger et boire et b... toutes choses qu´il fait avec gourmandise et passion pour ne pas parler de goinfrerie et sur la satisfaction desquelles, Harrison tient à nous donner tous les détails. Et nous passons ainsi les 100 premières pages de ce livre.
   
   Arrivée à ce point, j´en étais à me demander sérieusement si j´allais lire beaucoup plus loin quand, avec le chapitre 16, l´action commença. Fin du chômage, Sorcier trouvait enfin un emploi et ce n´était rien moins que le passionnant métier de détective privé. Voilà donc notre héros lancé dans des enquêtes plutôt amusantes et assez peu compliquées en fin de compte puisque tout et tous semblent beaucoup tenir à lui tomber tout cuit dans le bec, au mépris de la plus élémentaire vraisemblance.
   
   Vous l´aurez compris, l´objet de ce roman n´est sans doute pas cette enquête confuse et simpliste, je pense qu´il est plutôt dans l´étude de la personnalité et le mode de vie de ce Sorcier. On se laisse un peu attendrir par cet adulte si totalement puéril qu´aucune femme ne veut tenter d´en faire le père de ses enfants. Alcoolique et glouton, volage mais jaloux, profiteur et paresseux, irresponsable et gentil, un homme sur lequel personne ne peut compter, même pas lui-même et qui se trouve assez souvent à égalité de QI avec son chien. Les rares fois où il le réalise, il est pris de terribles crises d´angoisse qui le laissent sanglotant et l´incitent surtout à ne plus se lancer dans l´introspection.
   
   Sorcier, la caricature sans doute de Jim Harrison, qui, bien sûr n´est pas comme cela mais que j´imagine bien prenant et grossissant chacun de ses défauts pour voir ce que cela donnerait... et cela donne cela : Sorcier.

critique par Sibylline




* * *