Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les pensées de Jules Renard

Jules Renard
  Le mauvais livre et autres tablettes
  R comme: Le journal de Jules Renard lu par Fred
  Histoires naturelles
  Les pensées
  Dès 07 ans: Histoires naturelles

Jules Renard est un écrivain français né en 1864 et décédé de maladie (artériosclérose) en 1910.

Les pensées - Jules Renard

Lucidité vacharde
Note :

   Cher Jules,
   Ce n'est sûrement pas pour tes pensées sur les femmes que je t'aime mais bon, à ton époque demander à un homme d'être féministe c'est un peu comme demander à un footballeur contemporain d'avoir un avis intelligent sur un match, mission impossible. En plus, vu ta mère, les circonstances atténuantes te sont acquises d'office.
   Non, Jules, si je t'aime c'est pour ta lucidité vacharde, tant sur les autres que sur toi même, tes coups de griffe sur le papier qui en quelques traits esquissent un portrait, épuré et juste.  «Oui, je porte ma décoration, il faut avoir le courage de ses faiblesses.» 
   
   Je t'aime aussi pour ta vision de la nature et des animaux, jamais mièvre, la mélancolie qui en sourd,et surtout la poésie car mine de rien des haïkus pourraient bien se dissimuler dans tes écrits...
    «Tout le jour, le bois retient un peu de nuit avec ses branches» 
   
   Alors , même si tu es plus connu pour ton double littéraire, Poil de Carotte, le mal-aimé ( tout le monde n'a pas la chance d'être orphelin» ), il nous reste encore à (re)découvrir ton journal et comme introduction, comme mise en bouche, à lire ces «Pensées» que Jean Orizet en a extraites...
   Je viens de découvrir, cher Jules, que ton journal, tout comme ces Pensées étaient à la médiathèque, j'ai déjà emprunté les unes, il me reste à dévorer l'autre...
   
   A bientôt donc!
   
   Quelques autres extraits, pour la route :
    
   - J'ai une idée de roman en forme de hérisson car je n'ose pas y toucher.
   
   - Des mots durs, à triple détente, et qui font mal avant de partir.
   
   - Ma tête est peuplée de mots, comme une forêt d'oiseaux. Quand il se mettent tous à chanter, c'est un vacarme !... 

critique par Cathulu




* * *