Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Faux soleil de Jim Harrison

Jim Harrison
  De Marquette à Veracruz
  Faux soleil
  Lointains et Ghâzals
  L'été où il faillit mourir
  Sorcier
  En marge - Mémoires
  Julip
  Un bon jour pour mourir
  Dalva
  Retour en terre
  Lettres à Essenine
  Nord-Michigan
  Les jeux de la nuit
  Légendes d'automne
  Une odyssée américaine
  Grand Maître
  Péchés capitaux
  La Route du retour
  Nageur de rivière
  Le Vieux Saltimbanque

Auteur des mois d'avril et de mai 2006

Jim Harrison est né en 1937 dans le Michigan. Il a commencé à écrire dès l´adolescence, par conviction et par ennui, dit-il à peu près.
Il a fait des études de littérature et a commencé à publier de la poésie, puis, des articles, des scenarii, des recueils et ses premiers romans.
Alors qu´il avait débuté dans l´enseignement dans l´état de New York, il abandonne rapidement cette voie pour se consacrer uniquement à l´écriture, et retourner dans le Michigan.


Il est mort d'une crise cardiaque le 26 mars 2016, il avait 78 ans.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Faux soleil - Jim Harrison

L'eau
Note :

   Ce roman de Jim Harrison est un récit assez complexe à la première personne. Le narrateur est un écrivain américain reconnu, porté sur la nourriture et le sexe, en un mot, ce pourrait très bien être Harrison lui-même et il ne fait rien pour nous donner une autre impression. Au contraire, il établit un doute obligé par ce sous titre : « L´histoire d´un chef d´équipe américain Robert Carvus Strang racontée à Jim Harrison par Jim Harrison » Débrouillez-vous avec ça!
   
   Un jour, un richissime Américain lui déclare : « Tu devrais rencontrer l´homme qui fut mon gendre. Comparés à lui, vous êtes des fats et des connards. Y compris vous . » ajoute-t-il en pointant son index sur le narrateur « J´ai lu vos bouquins. Ils sont lisibles, mais vous devriez essayer d´écrire à propos de quelqu´un qui a vraiment accompli quelque chose.» Et c´est ainsi, que ne sachant résister au défit, notre écrivain décide de rencontrer le fameux ex-gendre et d´écrire sa biographie.
   
   L´homme s´appelle Robert Carvus Strang, il est épileptique et gravement handicapé, suite à un accident que vous découvrirez. Il ne peut plus que ramper. Il a toutefois entrepris de surmonter son handicap et de marcher bientôt et même pour tout dire, d´entreprendre bientôt un nouveau chantier de barrage en Afrique, car c´est en construisant des barrages un peu partout à travers le monde qu´il a toujours gagné sa vie.
   
   Au récit du narrateur qui raconte ce qu´il fait depuis que le défit lui a été lancé et donc évolue au présent, se mêle maintenant les récits plus ou moins chronologiques mais toujours assez complexes, du moins en ce qui concerne le côté sentimental, de ce que fut la vie de Strang, depuis sa petite enfance. Le tout est ponctué (typographie différente) par des enregistrements sur bande magnétique que le narrateur est sensé relever à divers moments pour lui-même, comme certains prennent des notes, pour les détails marquants. Cela va de la recette de cuisine (ne pas oublier qu´Harrison fut critique gastronomique) à la philosophie de bistrot, qui n´est pas forcément la pire, en incluant les idées à ne pas perdre etc.. (J´ai d´ailleurs vu un film sur J. Harrison qui montrait qu´il est effectivement adepte de cette méthode du micro cassette)
   
   C´est, au final, une histoire intéressante qui nous est racontée là, et bien racontée. On la suit avec plaisir jusqu´à son terme, porté par le style et la typique vision du monde harrisonienne (si je peux oser ce terme). Je dois avouer qu´à un moment, j´ai eu tendance à confondre un peu les multiples femmes qui se croisaient tant dans la vie de Strang que dans celle du narrateur. Je dois avouer encore, qu´à un autre moment au début, je me suis demandée si on n´était pas en fait partis pour raconter une autre vie que celle annoncée, à savoir celle de Karl, le frère, mais je vous laisse découvrir tout cela.

critique par Sibylline




* * *