Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Cette vie ou celle d´après de Christian Signol

Christian Signol
  La grande île
  Cette vie ou celle d´après
  Une année de neige
  Les vrais bonheurs
  Au cœur des forêts
  Une si belle école
  Dans la paix des saisons

Christian Signol est un écrivain français né dans le Quercy en 1947.

Cette vie ou celle d´après - Christian Signol

Solitude.
Note :

   Roman attachant que "cette vie ou celle d´après", attachant de par son héroïne, Blanche. Christian Signol nous fait assister aux dernières années de la vie de Blanche, en même temps qu´on découvre avec elle son passé puisqu´elle tente désespérément d´exorciser ses douleurs, et notamment celles de sa jeunesse, de la guerre.
   Blanche est en fin de vie, dans la solitude d´un village reculé du Vercors lorsqu´on attaque le roman. Seule, elle revit progressivement les évènements marquants qui en ont fait ce qu´elle est devenue. Ce village n´est pas n´importe lequel. C´est celui où elle a commencé sa carrière d´institutrice, celui où elle a connu le grand amour de sa vie et celui aussi d´où elle est partie pour l´enfer d´un camp de concentration.
   Christian Signol maîtrise tout cela très bien, passant allègrement de l´époque actuelle à celle de la jeunesse de Blanche, sans nous donner le tournis. La psychologie de Blanche et de tous les personnages évoqués est parfaitement appréhendée et on y croit de bout en bout. L´histoire n´est pas banale mais la crédibilité est totale.
   Une occasion de se dire que la vie n´est pas un long fleuve tranquille. Normal, dans le Vercors que la vie soit un torrent !
   "Elle savait cela depuis toujours, bien au-delà de toute mémoire : il faut parler aux arbres, aux plantes et aux bêtes pour qu´ils vivent bien ...
   Que n´aurait-elle pas fait pour qu´ils lui répondent, ces arbres, ces fleurs, ces étoiles ! Et comme elle en aurait été heureuse, apaisée pour quelques instants, quelques minutes ! Et pourtant elle avait choisi cette solitude. La vie vous conduit souvent vers ce que l´on feint de choisir. Parce qu´il le faut bien. Parce que, n´est-ce pas, il faut trouver les forces de continuer quand tout vous a quitté. Et on les trouve, ces forces, si on puise bien au fond de soi, si l´on parle aux arbres, aux bêtes, si les étoiles de l´été grandissant se penchent jusqu´à vous frôler- mon Dieu ! Cette caresse, comme il est loin le temps où des mains passaient sur sa peau, la faisaient respirer plus vite, frissonner comme une feuille dans le vent !"

critique par Tistou




* * *



Le poids des souvenirs
Note :

   La notoriété de Christian Signol en tant qu'auteur de romans que certains classements qualifient du terroir, n'est plus à souligner car elle est devenue incontestable. Et j'ai, de temps à autre, toujours grand plaisir à me plonger dans ces ambiances propres à ces contrées reculées qui appartiennent à des temps plus ou moins surannés. Dans ces livres, on y côtoie la plupart du temps des personnages simples et ordinaires, au parcours souvent banal bien que parfois assez rude ce qui leur confère néanmoins toute leur dignité. Et dans cet ouvrage, presque tous les ingrédients sont assurément réunis sauf que le parcours de l'héroïne, ici, n'a rien de vraiment convenu.
   
   J'ai été vraiment bouleversée par cette histoire, aussi poignante que plausible. J'ai parcouru ses pages, souvent nouée face à cette incommensurable solitude si admirablement relatée par l'auteur. Quelles justesse, précision et puissance dans les mots et les émotions !
   
   Blanche, institutrice, rejoint ses montagnes du Vercors dès qu'elle prend sa retraite. Mais, cet exil et cet isolement volontaires relèvent d'une décision de solitude pour le moins singulière où le passé envahit inexorablement le présent.
   « Mettre ses pas dans les pas de Julien, se rapprocher de lui, resserrer le lien qui lui permettait de le retrouver plus facilement après le grand voyage…
   Voilà, en fait pourquoi elle est revenue : pour ne plus avoir peur, pour se réchauffer au feu de sa présence, même s'il brûlait plus ou moins bien selon les jours. »

   
   Blanche porte en elle toute la blessure d'avoir perdu Julien, l'amour de sa vie, mais elle endure aussi celle de la folie des hommes qu'elle a côtoyée et supportée durant la guerre. Elle subit le poids d'insoutenables souvenirs qui ne cessent de la hanter et ont imprimé en elle toutes les caractéristiques du traumatisme.
   
   Un livre poignant et douloureux qui reste en mémoire durablement.

critique par Véro




* * *