Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 07 ans: Rond comme un caillou en bois de Cinquin Cloux

Cinquin Cloux
  Dès 07 ans: Rond comme un caillou en bois

Dès 07 ans: Rond comme un caillou en bois - Cinquin Cloux

Cabinet de curiosités
Note :

   Il est des jours où une simple lecture apporte le réconfort dont on a besoin, inonde de soleil une tête obscurcie par le monde impitoyable du travail, il est des jours où la littérature jeunesse offre des moments de bonheur inestimables!
   
   Ainsi en est-il avec "Rond comme un caillou en bois" de P.Cloux et F.Cinquin, édité chez une adorable maison d'édition "L'atelier du poisson soluble"!
   
   Stanislas n'est pas russe, n'habite pas Nancy, il a reçu son prénom de la part d'un oncle féru de Stanislas Peucédan, personnage d'André Dhotel (auteur d'un livre qui n'est pas anodin "Le pays où l'on arrive jamais"), et surtout Stanislas vit en Auvergne, pays des anciens volcans!
   
   Stanislas a un petit souci, il est un peu gros, mais une immense chance, la curiosité, l'envie de comprendre le monde qui l'entoure, l'amour des collections de tout et de rien, ces petits trésors que l'on ramasse lors des sorties et des vacances. Oui, Stanislas aime regarder, observer les choses et les êtres, rêver à ce qu'ils étaient, imaginer leur environnement et surtout consigner dans son petit cahier d'écolier tout ce qui lui passe par la tête!
   
   Le lecteur suit Stanislas dans ses déambulations à travers la campagne, dans ses retranscriptions des leçons d'histoire, de géographie ou de sciences. Il le suit dans ses réflexions sur le monde et sa manière de tourner. Il aime se perdre dans les illustrations de son journal intime de voyage intérieur: le mécanisme d'une éruption volcanique selon son type (péléen, strombolien ou plinien), les dessins ou photos de fossiles glanés lors des furetages campagnards, les débuts d'herbier, les collections de coquillages, de galets, de bois flotté, de tessons de verre polis par la mer ou les rêveries au creux d'un vieux chêne.
   
   On oublie que Stanislas est un peu trop gros et on découvre avec joie qu'il a les rondeurs joyeuses et rêveuses d'un caillou en bois... vous savez, les cicatrices des arbres que l'on peut arracher et polir pour les collectionner! Que grâce à sa rondeur d'esprit, qui lui ouvre les portes du sensible et du beau, on apprend que les arbres, au bord de l'eau, parfois font pousser de drôles de branches à leur pied... leurs poumons pour moins étouffer au bord de l'étang ou du lac!
   
   "Rond comme un caillou en bois" est un Cabinet des Curiosités que l'on parcourt avec le sourire aux lèvres et le rêve prêt à s'envoler! Un roman illustré divinement d'aquarelles, de collages et de photos ouvrant le chemin aux déambulations de notre imaginaire!
   
   Un livre à mettre entre toutes les mains!!!
   
   
   Florilège:
   
   "J'adore casser des cailloux, espérant toujours en eux un trésor, découvrir ce qu'ils ont à l'intérieur. Dans leur ventre."
   
   "Tout ce chemin parcouru vaut bien qu'on s'y arrête. Rien ne presse. Avoir 11 ans et de grands yeux donne un peu plus de mémoire à celui qui regarde. Aussi faut-il apprendre un peu à regarder. C'est-à-dire faire mouliner comme une crécelle au fond de soi l'étonnement et ce qu'on connaît. En faire des suites rapides de photographies rangées très vite dans la tête. Rapprocher ce qu'on voit et ce qu'on vient de découvrir de ce qu'on sait déjà. Cela se fait tout seul."
   
   "On a retrouvé chez eux [les hommes préhistoriques] des osselets et des cailloux ronds avec un petit peu de peinture dessus, près des restes des feux de bois où ils posaient leurs gamelles.
   Déjà leurs enfants étaient nombreux et très joueurs. Ils domestiquèrent même des petits chiens sauvages et des oursons, il y a plus de dix mille ans. Ils bricolaient des cailloux et des billes pendant que leurs parents taillaient des arcs. Mais comme ils étaient souvent tout nus, ils ne pouvaient pas les mettre dans leurs poches et ainsi ils les ont perdus.
   J'aime quand on retrouve ces objets d'un autre temps."
   
   
   
Une très, très, mais alors très très belle découverte!

critique par Chatperlipopette




* * *