Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dolce Agonia de Nancy Huston

Nancy Huston
  Les Variations Goldberg
  Lignes de faille
  Professeurs de désespoir
  Instruments des ténèbres
  Prodige
  La virevolte
  Dolce Agonia
  Infrarouge
  Reflet dans un œil d’homme
  Danse noire
  Le club des miracles relatifs
  Bad girl: classes de littérature

Nancy Huston vit en France depuis les années 1970, mais elle est d'origine franco-canadienne, née en 1953.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Dolce Agonia - Nancy Huston

Un soir de Thanksgiving…
Note :

   «C’est bizarre, se dit Sean. A vingt ans on a une bande d’amis dont on est convaincu qu’ils vous resteront proches jusqu’à la mort mais c’est faux, en fait aucune des personnes ici présentes ne faisait partie de ma bande d’antan. Tout glisse, tout se déplace, tout s’éloigne de nous; on en gagne et on en perd mais surtout on en perd et on en perd encore…»
   Un soir de Thanksgiving, un groupe d’amis se réunit dans la maison de Sean, poète et professeur de poésie à l’université. Parmi ces amis, un premier cercle composé de gens qui aiment Sean: deux anciennes maitresses, un ami romancier, un copain peintre, un ami avocat, Aron un boulanger et Charles Jackson, un collègue noir. Les autres sont venus parce que leurs conjoints sont invités, mais certains d’entre eux n’apprécient pas particulièrement Sean, notamment Derek, le nouveau mari de Rachel, qui a été deux fois amoureux des mêmes femmes que Sean, et se montre jaloux des relations que ce dernier entretient toujours avec Rachel.
   
   De la préparation du repas, à l’arrivée des convives et leurs accolades faites parfois de faux semblants, de leurs discussions lors de cette soirée, «Que ferait-on, se demande Sean, si on n’avait pas la météo comme sujet de conversation?», nous suivons avec bonheur la destinée de ces convives. Car la mort, qui se fait parfois narratrice du récit, nous confie la date à laquelle elle fauchera chacun d’eux «Je le subtiliserai à l’âge de 26 ans dans un carambolage sur le boulevard périphérique de Boston, la terrible route 128».
   
   J’ai été éblouie par ce livre sublime, j’ai adoré la façon dont Nancy Huston met en scène ces différents personnages, comme dans une pièce de théâtre. Elle aborde des sujets graves comme la vieillesse, la mort, la maladie, les séparations les deuils, en faisant tout de même de ce roman un livre lumineux. Elle revient sur la violence des drames qui ont touché chacun de ces couples au cours de leur vie et s’attache à montrer leur destinée.
   
   Un roman qui montre l’immense talent de Nancy Huston, qui donne vie à des personnes matures, que la vie a broyés, mais qui continuent farouchement à vivre et à aimer cela.
   
   Cette lecture fut pour moi un vrai délice, j’ai beaucoup beaucoup aimé ce roman, fascinée par ces récits de vie remplis de drames criants de réalisme. Charmée par la façon dont la romancière déroule son récit, de façon non linéaire, avec de fréquentes digressions entre passé, présent et avenir et séduite par l’écriture, somptueuse.

critique par Éléonore W.




* * *