Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La moitié d’une vie de Vidiadhar Surajprasad Naipaul

Vidiadhar Surajprasad Naipaul
  Le masseur mystique
  Miguel street
  Une maison pour Monsieur Biswas
  La traversée du milieu
  Dis-moi qui tuer
  Dans un état libre
  Guérilleros
  A la courbe du fleuve
  Crépuscule sur l'Islam - Voyage au pays des croyants
  L'énigme de l’arrivée
  Une virée dans le sud
  Un chemin dans le monde
  Comment je suis devenu écrivain
  La moitié d’une vie
  Semences magiques
  Le regard de L’Inde

AUTEUR DES MOIS DE JUIN & JUILLET 2010

Né en 1932 à Trinité-et-Tobago (îles des Antilles au large du Venezuela indépendantes depuis 1962), Vidiadhar Surajprasad (V. S) Naipaul a la nationalité britannique.
Son œuvre comporte des ouvrages de fiction et d'autres à caractère documentaire.
Couronné par de nombreux prix littéraires dont le Hawthornden Prize en 1964, le Booker Prize en 1971 et le T.S. Eliot Award for Creative Writing en 1986, il s'est finalement vu attribuer le Prix Nobel de Littérature en 2001.
Docteur honoris causa de plusieurs universités, il fut anobli par la reine Élisabeth en 1990.
Il est mort à Londres le 11 août 2018. Il avait 85 ans.

La moitié d’une vie - Vidiadhar Surajprasad Naipaul

Chemin de vie
Note :

   On voyage à travers ce livre. En Inde puis à Londres et enfin en Afrique. On voyage également dans la pensée d’un homme jeune puis moins jeune. On découvre, on participe, on ressent, on avance avec Willie Chandran. La moitié d’une vie.
   
   Première époque en Inde, Willie apprend de la bouche de son père le pourquoi de son deuxième prénom «Somerset». Mais surtout, il apprend d’où il vient et pour quelles raisons son père a épousé une femme d’une basse caste «backward». Son père raconte son choix idéologique d’une épouse qui en plus de n’être pas très jolie ne lui était pas destinée au départ. Puis on suit la vie de ce père, de cette mère, de cette sœur Sorijini qui composent la famille de Willie.
   
   Deuxième époque à Londres où Willie vit sa vie étudiante de jeune homme, un peu désorienté. A la recherche de sa vocation qu’il pense avoir trouvé en écrivant, à la découverte de sa sexualité, avec l’accompagnement d’amis successifs Percy Cato, Roger et Richard, un rédacteur en chef qui lui permettra de publier un recueil de nouvelles. C’est ce livre qui lui fera rencontrer Ana avec qui il va partir 18 ans sur le continent d’origine de cette dernière, en Afrique.
   
   Troisième époque donc en Afrique où Willie devient un homme. Où il continue à se chercher, sans exercer d’activités précises. Mais toujours à la recherche de son identité. Où l’Histoire d’une colonie portugaise en proie aux mouvements d’émancipation lors de la décolonisation se choque avec la vie individuelle de ses habitants. Et enfin où Willie sent qu’il n’a pas encore véritablement entamé sa vie bien qu’elle en soit déjà à sa moitié.
   
   J’ai beaucoup aimé ce livre parce qu’il mélange Histoire et histoire. Parce qu’il parle de la difficile conquête d’une vie par un homme dont l’origine est compliquée, dont le déracinement permanent ne facilite pas la tâche, dont l’entourage ne montre pas une voie évidente. C’est sans fioriture, sans pathos et c’est plein d’humanité. A lire.
   
   
   Titre original: Half a Life – (2001)

critique par OB1




* * *