Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Underworld USA, T1 - American tabloïd de James Ellroy

James Ellroy
  Underworld USA, T1 - American tabloïd
  Le dahlia noir
  Dick Contino’s blues
  Destination morgue
  Brown's Requiem
  Un tueur sur la route

James Ellroy est le nom de plume de Lee Earle Ellroy, écrivain américain de romans policier, né en 1948 à Los Angeles.

Underworld USA, T1 - American tabloïd - James Ellroy

Un pavé bien saignant
Note :

   Ce livre est une excellente extrapolation de l'histoire américaine. Nous sommes plongés dans les coulisses du pouvoir durant la montée au pouvoir de JFK jusqu'à sa mort.
   
   Les passages historiques et les élucubrations fictionnelles d'Ellroy s'enchevêtrent et se mêlent avec brio.
   
   L'intrigue mêle les institutions, la CIA, le FBI mais aussi la mafia ou les grosses huiles d'Hollywood. Elle est méticuleuse et perverse. C'en est jouissif.
   
   Côté style. Je trouve que James Ellroy s'est laissé aller. On y retrouve la verve et le vocabulaire qui lui sont chers. Par contre, les phrases sont peu fluides. Même si le style est plaisant, le texte me semble avoir été rédigé trop rapidement. La longueur, presque 800 pages, explique peut-être cela.
   
   C'est bête à dire... mais un traitement plus long sur trois livres auraient certainement été plus judicieux.
   
   
   Présentation de l'éditeur :
   
   «Malgré son poids, "American Tabloïd" tient de l'épure, tant il semble que l'auteur ait taillé à la serpe dans un manuscrit que l'on imagine colossal. Plein comme un œuf, American Tabloïd requiert une attention de tous les instants : une simple ligne parcourue d'un œil distrait, et c'est une conspiration, un retournement de veste ou un cadavre qui risquent d'échapper au lecteur. Il n'en fallait pas moins pour passer au scalpel les mille jours de l'administration Kennedy et dresser le tableau dantesque des cinq ans qui courent de novembre 1958 au 22 novembre 1963 à Dallas... ».

critique par Olivier Michael Kim




* * *