Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Rien plus rien au monde de Massimo Carlotto

Massimo Carlotto
  L'immense obscurité de la mort
  Rien plus rien au monde

Massimo Carlotto est né à Padoue en 1956 et vit à Cagliari.
Directeur de collection aux Editions E/O (en Italie), il collabore également à divers journaux. Il écrit pour le théâtre et est l'auteur de nombreux romans, dont plusieurs sont déjà traduits en France.
(source: éditeur)

Rien plus rien au monde - Massimo Carlotto

No future
Note :

   Présentation de l'éditeur :
   "Mère de famille, abrutie d'alcool et de télévision, lasse de sa vie, ayant reporté tous ses espoirs sur sa fille, elle va sombrer dans le délire le plus noir. Dans cette tragédie familiale, on ne quitte pas un instant cette protagoniste dont le monologue intérieur banal et délirant nous dit la fin de la classe ouvrière, la cohabitation difficile avec les émigrés, le manque de travail, la difficulté de joindre les deux bouts quand on n'est plus productif, l'absence totale de perspectives, la frénésie de consommation pour se sentir vivant, la télé comme seul modèle et moyen d'évasion face à la noirceur de l'existence...
   
   Ce court récit surprenant et efficace a tenu la tête des listes des meilleures ventes italiennes pendant plusieurs mois."

   
   
   Commentaire
   
   Monologue d'une femme quadragénaire à Turin, alcoolique au vermouth; Elle est employée de maison mal payée son mari est au chômage. Elle est dépressive depuis longtemps, Elle vient de tuer sa fille de vingt ans qui la narguait en collectionnant des bibelots en plastique.
   
   Cette jeune fille énervait sa mère, qui, intoxiquée par la télé, voulait qu'elle se présente à plusieurs émissions pour avoir une chance de devenir actrice ou mannequin de publicité. Ou encore qu'elle se dégote un mari riche. La fille ne veut pas se prostituer ,la mère devient folle de voir que sa fille reste pauvre comme elle; elle l'a aussi privée de son ami marocain sans-papier en le dénonçant à la police.
   
   Un affrontement a eu lieu. La mère a tué la fille; elle est ivre et délire: elle croit que la télé les avocats, les curieux sont derrière la porte à tenter de l'enfoncer et leur livre un discours qui est ce monologue désespéré que nous lisons.
   
   
   C'est terrible! On a peine à y croire... et si ce n'était qu'un délire? Mais à mesure que le récit avance, on est pleinement convaincu.

critique par Jehanne




* * *