Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

S comme: Le Poète de Carlos Sampayo

Carlos Sampayo
  S comme: Le Poète

S comme: Le Poète - Carlos Sampayo

La démonstration par l'exemple
Note :

   Scénariste: Carlos Sampayo
   Dessinateur: José Muñoz
   
   
   Cet album noir et blanc nous livre deux histoires courtes ayant pour personnage principal «le poète». N'imaginez pas un héros romantique à la longue chevelure genre Lamartine, n'imaginez pas un héros torturé aux sourcils perpétuellement froncés genre Baudelaire, n'imaginez pas un miséreux en haillons coincé dans une soupente genre... ah ben là on ne sait pas parce que son problème justement, c'est qu'il n'est pas connu.
   Bref je reprends, n'imaginez rien de tout cela, mais songez plutôt à un petit bonhomme plus très jeune, aux trois-quarts chauve et à l'embonpoint plus que prononcé (celui de la couverture) et vous aurez votre Poète. Cependant, poète il l'est vraiment car il ne faut pas croire ce que dit la télé, à savoir que seuls des jeunes gens très photogéniques ou des vieillards très bien conservés peuvent avoir un talent littéraire notable. Et notre homme tout quelconque, voire insuffisant que soit son physique, est un poète et un bon... qui, totalement oublié après une courte gloire, végète dans une quasi misère. L'histoire commence quand le ministère de la culture, déplorant cet état de choses, lui alloue généreusement une pension mensuelle conséquente en reconnaissance de son talent (avec l'espoir muet que cette solution pour lui de tout souci matériel l'amènera à produire des chefs-d'œuvres – enfin entendez, des chefs-d'œuvres qui plairont au dit ministère-), Mais vous savez comment sont les poètes, on ne peut pas compter dessus et puis peut-être qu'il n'a tout simplement pas compris le message subliminal de la subvention miraculeuse... bref il y a des gens qu'on ne devrait même pas songer à aider, monsieur le Ministre.
   
   La seconde histoire se passe dans un wagon de chemin de fer et nous montre comment la poésie (ou rêverie éveillée) peut aider grandement à mener une vie sociale normale (je veux dire ne conduisant pas tout droit en prison) tout en assouvissant de façon satisfaisante tous ses désirs qu'ils soient érotiques ou criminels. Ah! Je sens que vous allez vous mettre à la littérature...
   
   Mais si je devais donner mon sentiment principal sur cet album contant les aventures d'un poète, je dirais qu'il est surtout lui-même une œuvre poétique. La démonstration par l'exemple.
   
   Argentins exilés pour raisons politiques depuis les années 70, José Muñoz (dessinateur) et Carlos Sampayo (scénariste) ont l'habitude de travailler ensemble et de porter sur la société un regard précis et critique. C'est le statut de l'écrivain dans nos sociétés modernes et «intelligentes» qu'ils ont choisi d'évoquer ici et après vous être amusé à les lire, regardez un peu comment cela se passe dans la réalité… il n'y a qu'à s'incliner.

critique par Sibylline




* * *