Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Rose, Sainte-nitouche de Mary Wesley

Mary Wesley
  La pelouse de camomille
  Rose, Sainte-nitouche
  La Resquilleuse
  Souffler n'est pas jouer
  La mansarde de Mrs K

Mary Wesley fut une romancière anglaise à succès, née en 1912 et décédée en 2002.

Rose, Sainte-nitouche - Mary Wesley

Emancipation
Note :

   "A priori, le chien du jardinier ne manque de rien."
   
   Parce qu'au fond elle a besoin de sécurité, parce qu'elle est très jeune aussi, Rose épouse Ned alors qu'elle est tombée follement amoureuse de Mylo. Eternel triangle qui se révèle en fait à géométrie plus complexe car Mary Wesley, à son habitude, va tout au long de son roman, éclairer d'un jour nouveau ses personnages en apparence si respectables mais si profondément attachés à jouir pleinement de la vie .
   
   Les personnages féminins de Mary Wesley, en particulier Rose, sont d'une modernité extrême pour l'époque (la Grande-Bretagne de la seconde Guerre mondiale). Comme les hommes elles s'octroient le droit d'avoir des amours contingentes, de vivre une vie sexuelle épanouie. Pour rien au monde Rose ne voudrait ressembler à sa mère qui, suppose-t-elle, n'a jamais connu d'orgasme et a vécu sa grossesse dans le dégoût de son corps. Cette femme qui ne s'épanouira que quand elle sera -enfin- devenue veuve. Un bon mari est un mari mort.
   
   Cet aspect corporel, Wesley en parle de manière franche mais sans jamais tomber dans le graveleux ou la trivialité. La contraception, ou plutôt son absence est-elle aussi évoquée mais le milieu social dans lequel évolue Rose facilite bien la vie, même dans certaines circonstances qui pourraient devenir dramatiques.
   
   Là où Mary Wesley innove aussi c'est qu'elle suit son personnage de son extrême jeunesse à une vieillesse déjà  bien avancée. L'amour et le temps ne font souvent pas bon ménage, les contes de fées s'arrêtent là où la vie conjugale commence, mais Mary Wesley qui a commencé à écrire à l'âge de 70 ans, entend bien nous montrer que les personnes âgées ne sont pas quantité négligeable, y compris dans le domaine amoureux.
   
   L'évolution psychologique de Rose est elle aussi très intéressante, de jeune fille timide elle devient peu à peu une femme qui sait manipuler son mari, riposter de manière efficace à l'égoïsme forcené et au sans gêne de prétendus amis, prend de l'assurance, s'émancipe, comprend au fil du temps "qu'on peut fonctionner sur plusieurs plans à la fois", car "qu'elle fût trop docile pour être au-dessus de tout soupçon l'horripila, lui mit en tête des idées qui n'y étaient pas avant, des idées qu'elle allait ensuite mettre en pratique."
   
   L'auteure nous montre aussi avec beaucoup de franchise et parfois de crudité les moindres pensées de ses personnages, pas de bons sentiments! mais tout cela est contrebalancé par un humour souvent féroce, une insolence chic et un dynamisme contagieux! Vite, laissez-vous séduire par Rose!
   
    463 pages so british!
    ↓

critique par Cathulu




* * *



Irrévérencieuse et délurée
Note :

   Titre original : Not That Sort of Girl
   
   Mary Wesley, ça a été pour moi la grande découverte de ces dernières années. Je suis tombée en amour avec la plume cette mamie irrévérencieuse et délurée dans "La pelouse de camomille", j'ai aussi lu avec plaisir "La mansarde de Mrs K" et "La resquilleuse".
   
   Ce roman nous transporte en pleine seconde guerre mondiale, à Stele, grande maison dans un petit village anglais où Rose habite suite à son mariage avec Ned Peel. Mais avant de se marier, Rose était amoureuse de Mylo. À moitié anglais, à moitié français mais sans le sou. Mais elle a choisi la stabilité, comme plusieurs héroïnes de Wesley. Et de l'extérieur, elle est une jeune femme un peu ennuyeuse, bien sous tous rapports. Sauf que...
   
   J'ai énormément aimé ce roman. On y retrouve cette ambiance particulière, un peu passée mais où plusieurs personnages sont résolument modernes. La guerre a, pour plusieurs personnage de l'auteur, mis de côté des hésitations. Que seraient-ils le lendemain? On retrouve encore une fois des personnages très "anglais", très portés sur les apparences, souvent profondément égocentriques. Et d'autres qui cachent une très bonne nature sous des airs un peu snob. Rose est déchirée entre cette modernité et le monde étriqué où ses parents l'ont élevée. Elle tiendra sa promesse. Au risque d'être malheureuse. Et en en étant pleinement consciente malgré tout.
   
   Et la plume caustique de Mary Wesley réussit à croquer le tout à merveille.
   
   Il y a des personnages excentriques (on croise par exemple Nicholas et Emily Thorpe dans leur jeunesse, personnages que j'avais déjà rencontrés plus vieux dans "La mansarde de Mrs K"... deux méchants numéros!), un véritable village anglais mais surtout, surtout, pas de fausse morale à 5 centimes, beaucoup d'ouverture, pas de gens bons et de gens mauvais, mais juste des gens vivants, avec leurs bons et leurs mauvais côtés, leurs bons coups et leurs ratés. L'histoire de Rose et de Mylo (qui ne sont pas des héros de romance et qui peuvent même nous énerver avec leur jalousie et leur mauvaise foi) a réussi à me toucher, mais également celle de Rose et Ned, son mari.
   
   Un roman où on parle de paternité (qu'on la connaisse ou pas), de relations pas toujours morales, d'amour, de guerre ordinaire, mais surtout d'humains confrontés à quelque chose de trop gros et qui tentent de vivre au quotidien leur petite histoire malgré la peur, malgré la grande Histoire qui dérange et qui tue.
   
   Bref, lisez-le!

critique par Karine




* * *