Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La chute d’Hypérion (tome 1) de Dan Simmons

Dan Simmons
  Terreur
  Ilium - Olympos
  La chute d’Hypérion (tome 1)
  La chute d’Hypérion (tome 2)
  Drood

Dan Simmons est un écrivain américain de science-fiction, d'horreur et policier, né en 1948. Après être sorti diplômé de l'Université Washington à Saint-Louis, Missouri, en 1971, il a travaillé dans l'éducation jusqu'en 1989 avant de se consacrer à l'écriture. Il vit dans le Colorado.

Il a reçu le prix Hugo en 1990 pour son roman "Hypérion".

La chute d’Hypérion (tome 1) - Dan Simmons

Un univers de space opera tragique
Note :

   La guerre fait rage entre l’Hégémonie et les Extros qui menacent Hypérion. La présidente de l’Hégémonie, Gladstone, fait appel aux pouvoirs d’un cybride de Keats qui dans ses rêves est le témoin des pérégrinations des sept pèlerins envoyés sur Hypérion. Le sort de l’humanité est entre leurs mains alors que les Tombeaux du Temps doivent s’ouvrir. Ils attendent leur rencontre avec le Gritche, un monstre sanguinaire et terrifiant. En ressortiront-ils indemnes? Sauveront-ils l’humanité?
   
   «La chute d’Hypérion» (tome 1) est la suite de la saga en 2 parties «Les Cantos d'Hyperion», une mystérieuse planète aux trois continents. J’avais hâte de découvrir la suite des aventures des sept pèlerins sur la planète Hypérion à la rencontre des Tombeaux du Temps: j’ai été plutôt déçue par cette suite. Deux narrations alternent dans tout ce premier tome de «La chute d’Hypérion»: tout d’abord, nous suivons le narrateur, un cybride du poète Keats, dans ses rencontres avec les hautes sphères politiques, notamment avec la présidente de l’Hégémonie, Gladstone. Le ton est résolument politique et stratégique. La guerre occupe de nombreux chapitres et le lecteur assiste à tous les bilans et à toutes les négociations menées avec des colonels, des sénateurs, des généraux. J’ai trouvé que ces temps étaient trop longs et sans grand intérêt pour l’intrigue. Une seconde narration entrecoupe la première: il s’agit des aventures et mésaventures que rencontrent les sept pèlerins dans les Tombeaux du Temps. Avec cette narration, j’ai retrouvé mon intérêt pour le livre. Dans «Hypérion», je m’étais attachée aux pèlerins, à travers leur récit singulier et passionnant.
   
   Je me suis laissée porter par les néologismes (mégatrans, infosphère, infoplan, portes distrans, se distransporter…) utilisés par l’auteur qui s’est amusé à créer des techniques et appareils sophistiqués. Même si on ne maîtrise pas l’exact sens recouvert par ces mots, on se laisse mener sur la vague imaginaire initiée par Dan Simmons. Les descriptions des paysages et monuments (dont les Tombeaux du Temps qui rappellent les pyramides égyptiennes) d’Hypérion sont magnifiques.
   
   Chaque pèlerin compte sur sa rencontre avec le Gritche. Là aussi, j’ai été un peu déçue par ce monstre sanguinaire, même si Dan Simmons sait ménager quelques surprises.
   
   De belles descriptions de lieux, des néologismes inventifs, mais trop de tractations politico-stratégiques qui alourdissent le récit. Comme la fin de ce premier tome a aiguisé mon intérêt, je lirai le second avec plaisir pour connaître le fin mot de l’histoire.
   
   
   
   * Note du postmaster : Les Cantos d'Hypérion (titre original : The Hyperion Cantos) regroupent quatre gros romans:
    Hypérion (Hyperion, 1989) parfois édité en 2 tomes
   La Chute d'Hypérion (The Fall of Hyperion, 1990) parfois édité en 2 tomes
   Endymion (Endymion, 1995) parfois édité en 2 tomes
    L'Éveil d'Endymion (The Rise of Endymion, 1997) parfois édité en 2 tomes
   Ces quatre romans sont complétés par deux nouvelles: "Les orphelins de l'hélice" et "La mort du centaure"

critique par Seraphita




* * *