Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Série Z de J. M Erre

J. M Erre
  Prenez soin du chien
  Série Z
  Le mystère Sherlock
  Made in China
  La fin du monde a du retard
  Le grand n'importe quoi

Jean-Marcel Erre, qui préfère signer ses livres "J.M. Erre" (on se demande pourquoi), est un écrivain français né en 1971 à Perpignan.

Série Z - J. M Erre

Le come back du retour du papy tueur
Note :

    Voici des nouvelles de mes dernières aventures, faites de meurtres et de mises en scène macabres dans une maison de retraite. J'ai eu pour guide le facétieux J.M. Erre avec son excellent manuel pratique "Série Z". Un certain J.M. Erre que j'avais déjà croisé il y a quelques années en prenant soin d'un chien.
   
   Bon, pour être honnête, j'ai laissé passer deux bonnes semaines entre ma lecture et la rédaction de cette modeste chronique. J'ai depuis lamentablement oublié la moitié de ce que je voulais vous dire, ce qui est bien dommage car je vais maintenant être obligée de broder tout en pensant au ménage et aux cartons qui m'attendent et me perturbent au plus haut point.
   
   C'est l'occasion de faire court (pour une fois). Si la maison de retraite vous déprime à l'avance, jetez-vous sur ce livre dont l'humour potache est loin d'être le seul ingrédient. Bien sûr on rit beaucoup (littéralement, ce qui ne m'arrive presque jamais en lisant un roman - j'ai d'ailleurs dû avoir l'air passablement dérangée dans le métro). Malgré tout, j'ai surtout apprécié la construction du récit: extraits dignes d'un scénario de Série Z, chroniques de blog assorties de leurs commentaires, focus sur des personnages divers et variés, enquête policière, rien ne manque pour multiplier les rebondissements et amuser le lecteur.
   
    Un roman (plus) intelligent (qu'il n'y paraît), en souvenir des tomates tueuses sur le retour et d'une moussaka géante aux intentions peu louables. La cerise sur le gâteau: le lecteur fait aussi de brèves incursions dans l'histoire, sous les traits d'un certain M. Hubert C. Poursuivra-t-il sa lecture? Sera-t-il trop chagriné par les invraisemblances manifestes qui ne manquent pas? Pour le découvrir, à vous de lire "Série Z"!
   
   
   Présentation de l'éditeur
   
   "Félix Zac vit aux crochets de Sophie - qui a de nombreuses qualités, dont la plus remarquable est de supporter Félix. Elle a seulement des doutes, parfois, sur la santé mentale de son ami, qui a tendance à mélanger fiction et réalité. Cinéphile, Félix écrit des scénarios qu'il n'achève jamais. Jusqu'au jour où, mystérieusement inspiré, il met un point final à L'Hospice de l'Angoisse. L'intrigue se passe à la Niche Saint-Luc, joyeuse maison de retraite où de vieux acteurs terminent leur existence. Dans cet établissement au-dessus de tout soupçon, un cadavre va semer le trouble. D'autant plus qu'il est le premier d'une longue série... Félix est sûr du succès: un certain Boudini, producteur à Rungis, s'intéresse à son chef-d'oeuvre! Les ennuis commencent quand la fiction rattrape la réalité, et que de vrais cadavres se ramassent à la pelle... Où est le vrai? Où est le faux ?! Hommage plein de rebondissements au cinéma de "série Z", regard décalé sur le grand âge, humour et légèreté: voici le nouveau roman de J. M. Erre, l'auteur de Prenez soin du chien."

   ↓

critique par Lou




* * *



Auteur en roue libre, livre hors calibre
Note :

   "Numérote tes escarres, ça va saigner."
   

   Féru de films de série Z, Félix Zac, adolescent attardé et néanmoins père de famille, commence beaucoup de scénarios, sans jamais les terminer. Un jour pourtant, notre anti-héros achève "L'hospice de l'angoisse" qui se déroule dans une maison de retraite où cabotinent à qui mieux mieux de vieux acteurs n'ayant jamais accédé à la gloire. Hélas, la réalité va rattraper la fiction et les cadavres du scénario vont tout à fait correspondre à ceux des pensionnaires de la Niche saint-Luc, là où Félix avait précisément situé l'action de son film...
   
   "Auteur en roue libre, lecteur rend ton livre!"
prévient, sentencieux, M. hubert C. de knokke-le-Zoute, qui, mis en abîme supplémentaire, lit le roman en même temps que nous, mais heureusement lui même finalement ne suivra pas ce conseil car auteur en roue libre, livre hors calibre!
   
    Un récit où les péripéties se succèdent en cascade, où les dialogues sont plein de verdeur (les retraités ne possèdent peut être plus leur dentition d'origine mais ils ont cependant la dent dure et même perclus d'arthrose sont dotés d'une énergie à toute épreuve!), où les clins d’œil aux vedettes de la série Z se faufilent en douce aux coins des rues, où les titres mémorables titillent notre mémoire, ne peut que séduire le lecteur, entraîné dans un tourbillon qui ne l'essouffle même pas!
   
    Félix, homme un peu falot au départ, noyé qu'il est dans un gynécée dont la plus jeune représentante, à savoir sa fille Zoé n'est pas la moins intrépide, va nous réserver bien des surprises. Animateur de blog pour les fondus de nanars, il analyse les thématiques de ces séries Z avec un angle à chaque fois original et hilarant. Qui aurait cru que Max Pécas était "le cinéaste français qui a le mieux su exprimer le carpe diem antique"? ou que "L'hystérie funésienne *reflète l'angoisse métaphysique de l'homme confronté à la disparition de ses repères et à la naissance d'une nouvelle société dont il se sent exclu, et qu'il identifie donc à la barbarie. Tout mais 68 est là, dans les tics de l'adjudant Cruchot devant une jeunesse qui dit merde à l'uniforme en exhibant ses blanches fesses . CQFQ."?
   
   On sent que l'auteur connaît lui-même par cœur ces films et qu'il éprouve pour eux et leurs acteurs une grande tendresse, tendresse qu'il nous fait partager tout au long de ces pages pleines d'humour et d'énergie. Un livre qui donne une folle envie de regarder cet été quelques uns des titres gratinés évoqués dans Série Z!
   
   * De Funès et ses fameux gendarmes!

critique par Cathulu




* * *