Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un soir, à la maison de Annie Saumont

Annie Saumont
  Un pique-nique en Lorraine
  Un soir, à la maison
  La terre est à nous
  Le tapis du salon
  C'est rien ça va passer
  Encore une belle journée

Annie Saumont est une écrivaine française née en 1927 à Cherbourg et morte le 31 janvier 2017.

Un soir, à la maison - Annie Saumont

Attention, décalage!
Note :

   "Je t'entends déjà te plaindre que j'ai mis chez toi un foutu bordel."
   
   
    Mais à quoi pensent les profs quand ils demandent de raconter "Un soir à la maison"? Se rendent-ils compte du fossé qui existe entre les images d'Epinal toutes roses et jolies, tranquilles, banales pour tout dire, et la réalité, beaucoup plus crue que vivent -parfois- leurs élèves? Ces derniers, pas dupes, vont s'employer à travestir leur quotidien pour mieux répondre aux attentes implicites du correcteur et ne pas dévoiler ce qu'ils sentent- confusément ou pas- ne pas être la norme...
   
   Ce décalage c'est justement l'interstice dans lequel se coule Annie Saumont pour mieux souligner les dysfonctionnements qui existent dans la vie de ces personnages qui pourraient être nos voisins ou nous mêmes. Ainsi cette femme qui s'obstine à mettre six bols à table le matin, ou celle qui cale le biberon de son "bébé de rêve," sitôt conçu déjà plus désiré, "entre un exemplaire de La divine comédie et un manuel des bonnes manières, une cordelette fixant le tout", petites vies assassinées en douce, en passant...
   
   Ça grince, ça tire, ça fait mal ces récits ou ces dialogues qui semblent pris sur le vif, comme ce goujat au restaurant qui fait les questions et les réponses et s'étonne que son invitée ne mange pas, (vu ce qu'il lui balance pas étonnant qu'elle ait du mal à avaler!). Alors oui, c'est noir, c'est sans espoir, ça tord le coeur, parfois c'est un peu raté aussi car trop prévisible mais il n'en reste pas moins que la langue, tordue, triturée, maltraitée par Annie Saumont ça décape!
   
    154 pages qui mettent le bordel!

critique par Cathulu




* * *