Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Regarder le soleil de Anne Provoost

Anne Provoost
  Regarder le soleil

Regarder le soleil - Anne Provoost

Une poésie étrange
Note :

   "Nous avons trop de respect pour le chagrin, dit-il .Il faut que ça s'arrête un jour."
   
    Ce pourrait être en dehors du temps tant ce qui est décrit est intemporel. L'histoire se déroule dans un ranch de l'outback australien où un fermier vient de faire une chute de cheval. Sa femme devient progressivement aveugle et si elle parvient dans un premier temps à faire tourner l'exploitation, à la mort de son époux, sa maladie empirant aussi, elle perd tout à la fois le contrôle de sa vie et de sa fille, Chloé. Cette dernière en profite alors pour explorer toute cette étendue sauvage qui les entoure.
   
   C'est par une série de chapitres que nous découvrons progressivement l'histoire de cette famille atypique où les émotions passent plus par le regard que par les mots. "Je n'arrive pas bien à ne pas la regarder." pense Chloé de sa mère tandis que sa demi-soeur affirme: "Son œil te suit, même si elle ne regarde pas. Sans que tu le remarques, elle l'accroche à toi et il se balade avec toi, où que tu ailles, comme la bardane."
   
   Intensité des sensations, observation tout aussi intense de la mère dans ce qu'elle a de plus intime, de plus charnel: "ça se passe maintenant, je le sais. En ce moment-ci se forment les nouveaux petits vaisseaux. Ils se développent le long de l'humeur vitrée, se ramifient en tous sens, mais ne valent rien." Amour absolu qui ne dira jamais son nom.
   
   Il se dégage du roman d'Anne Provoost une poésie étrange et sourde sans que pour autant on verse dans l'abstraction. On s'attache à ces personnages qui acquièrent progressivement un arrière plan, une histoire qui nous les rend plus proches, moins éthérés et c'est beaucoup trop vite qu'on termine ce roman sur une image à la fois banale, dans sa quotidienneté, et forte. Un roman puissant.
   
   266 pages intenses.
   
   
   PS : Ce roman a reçu en Flandre le prix triennal de la prose.

critique par Cathulu




* * *