Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les âmes sœurs de Valérie Zenatti

Valérie Zenatti
  Dès 08 ans: Fais pas le clown, papa!
  Dès 08 ans: Le Secret de Micha
  Ados: Une bouteille dans la mer de Gaza
  Ados: Quand j'étais soldate
  En retard pour la guerre
  Les âmes sœurs
  Dès 08 ans: Vérité, vérité chérie
  Mensonges
  Jacob, Jacob

Valérie Zenatti est une écrivaine française née en 1970 à Nice.

Les âmes sœurs - Valérie Zenatti

Sans surprise
Note :

   Emmanuelle est une mère de famille comme il en existe tant. Salariée d’une grosse boîte pour un job qu’elle exerce sans passion, elle court après le temps. Et à force d’assurer toujours pour ses trois enfants et son mari, elle craque et prend la décision de se donner une journée de réflexion pour faire le point sur sa vie, ses envies, son avenir… elle a eu le déclic en lisant un livre dont elle ne peut se détacher, l’histoire de Lila, une photographe qui vit une passion aussi brève qu’intense et qui immortalise une Bosnie en guerre.
   
   Pour être honnête, j’ai beau avoir fini ce livre hier soir, je ne sais pas trop quoi en dire comme si je l’avais terminé depuis deux mois. Ce n’est pas super palpitant cette introspection des deux héroïnes, l’une fictive et l’autre réelle, enfin si on peut dire. J’ai même balayé certains passages du regard mais sans en retenir grand chose, je sais donc que ça parle de Sarajevo mais je ne saurais pas en dire plus, d’une passion qui dure quatre pages et qui pourtant a l’air de marquer l’héroïne à jamais, une mise en abîme dont je n’ai pas trop compris le sens… enfin tout ça pour dire qu’il ne m’en reste que quelques bribes un peu comme si je sortais d’un rêve un peu flou…
   
    Je ne me décourage pas et je retenterai de lire un roman de cet auteur. Visiblement, son titre «En retard pour la guerre» a été adapté au cinéma sous le titre «Ultimatum», c’est peut-être celui-ci qu’il faut lire.
   
   Bof bof pour l’instant je suis loin d’être séduite…
   ↓

critique par La Dame




* * *



24h de vacances
Note :

   
   "Elle pense qu'elle est en train de chercher la bonne position pour vivre, comme on cherche la bonne position pour dormir..."

   
   Parce que, pensant à sa relation à son mari "Elle avait souvent en tête l'image d'un coquillage collé à un rocher, perdant peu à peu ses couleurs d'origine jusqu'à se fondre dans la masse minérale qui l'hébergeait.", parce qu'elle se sent mal à l'aise dans l'entreprise où elle exerce un travail inintéressant et où on la rejette implicitement car elle est mère de trois jeunes enfants, Emmanuelle va emprunter des chemins de traverse, jouer la femme buissonnière. Toute une journée rien que pour elle. Pour prendre le temps aussi de terminer le livre qu'elle a commencé la veille.
   
   Alternant passages du roman lu, mettant en scène une photographe, et pensées d'Emmanuelle, le récit va peu à peu fondre les trajectoires des deux femmes et réveiller un passé soigneusement enfoui.
   
   Mères abandonnantes ou trop tôt disparues, amitiés féminines où puiser du réconfort et un peu d'énergie pour continuer à vivre, seront évoquées avec tendresse au fil de cette journée où les hommes se tiendront en lisière.
   
   Un roman parfois maladroit, parfois trop léger mais qui recèle aussi de petites merveilles qu'il faudra prendre le temps de savourer.
   
   172 pages sensibles.

critique par Cathulu




* * *