Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Le Poltergeist d’Enfield de Eric Trochon

Eric Trochon
  Ados: Le Poltergeist d’Enfield

Ados: Le Poltergeist d’Enfield - Eric Trochon

Un bon polar pour ados
Note :

   Kilian est en sixième et depuis quelque temps, il remarque d'étranges phénomènes dans sa maison. Il croit en effet que des poltergeist, sortes de fantômes espiègles et parfois violents l'occupent.
   
   Comment expliquer ces clés qui disparaissent et réapparaissent comme par magie? Pourquoi l'a-t-on frappé par derrière jusqu'à l'assommer alors qu'il rentrait de l'école?
   Kilian se confie à Tariq, son meilleur ami qui vit dans la cité proche puis à sa mère, enfin la police s'en mêle jusqu'au dénouement final assez triste mais logique, de la logique des adultes.
   Il faut dire que l'enfant ne voit guère son père, toujours en Angleterre pour affaires et vit seul avec sa mère dans cette maison hantée. Bien sûr personne ne veut le croire, son meilleur ami le prend pour un débile et sa mère va jusqu’à lui proposer de voir un psy. Le lecteur cherche une explication. Les objets se déplacent tous seuls et cette mystérieuse poudre blanche n’est-elle pas un effet de la disparition desdits fantômes. Kilian se renseigne et se décide à les affronter coûte que coûte, pour leur montrer «qui est le patron.»
   
   En fait, c’est une leçon de vie, passage de l’état d’enfant à l’âge adulte, Kilian se dit qu’il doit devenir un homme et de tolérance entre les deux familles: celle de Kilian de la petite bourgeoisie, au père absent et celle de Tariq, dont la mère, Layla tient ensemble une grande famille de magrébins des cités malgré les aînés qui découchent probablement pour faire les quatre-cent coups et le père qui est absent à sa façon d’être dépassé par les évènements et qui reste renfermé sur lui-même.
   
   On ajoutera que cette édition est en bilingue français-anglais et reste un bon moyen d’améliorer – au niveau du collège- ses expressions idiomatiques soulignées en gras dans le texte anglais. C’est une vraie mine d’expressions à apprendre en contexte, pris par la lecture de ce polar pour ados plutôt bien ficelé. Il est étonnant que la traductrice du français à l’anglais n’ait pas traduit «caméscope» par «camcorder» au lieu de ce «video camera». Enfin il fallait bien trouver quelque chose, sinon j’ai vraiment pris plaisir à cette lecture.

critique par Mouton Noir




* * *