Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Adieu ma jolie de Raymond Chandler

Raymond Chandler
  The Long Good-Bye
  Adieu ma jolie
  La Dame du lac
  Un tueur sous la pluie/Bay City blues/Déniche la fille

Raymond Thornton Chandler est un auteur américain de romans policiers, né en 1888 à Chicago, et décédé en 1959.

Adieu ma jolie - Raymond Chandler

Narration elliptique
Note :

   Mose Malloy, bagnard cambrioleur, deux mètres et cent vingt kilos, recherche Velma, son ancienne amie, chanteuse du cabaret «Le Florian». Il vient de purger une peine de huit ans de prison. Le patron du night-club qui prétend ne pas pouvoir lui donner de renseignements, en perd la vie illico. Philip Marlowe assiste à la scène et prend en sympathie Malloy toujours amoureux de la femme qui l'a vendu à la police afin de s'en débarrasser. Il décide d'aider l'ex-bagnard.
   Le lendemain il se rend chez la veuve Florian, ne réussit pas à la faire parler. De retour à son agence, il est embauché par un certain Lindsay Mariott qui veut racheter moins cher qu'il ne vaut, un collier de jade volé à son amie. Cet homme a rendez-vous pour la rançon dans une combe, un peu à l'écart de Miramar del Vasto où il loge, et veut se faire accompagner par sécurité. Le rendez-vous est pour ce soir...
   
   Ce roman de Chandler est un grand classique et il est structuré à la perfection. L'action se déroule sur six jours du 30 mars au 6 avril, les événements y sont savamment distribués, sans temps mort ni ennui. Des personnages interviennent dans l'action à un rythme soutenu. Nous ne saisissons pas immédiatement leur rôle dans l'intrigue: Lindsay et son collier, Mrs Grayle la riche héritière, Jules Amthor et son indien officiant dans une fausse clinique, le grand chef Lairde Brunette et son bar flottant...
   
   Le charme de Chandler est dans sa conception très elliptique de la narration.
   L'action se produit, de bonnes descriptions l'accompagnent, on ne comprend rien... mais tout finit par s'expliquer... et ces personnages sont fort bien agencés, y compris les petits rôles: l'indien, les flics marginaux bien disposés «Hemingway» et Red que l'on n'oublie pas.
   
   On aime le moment où avant de se faire tirer comme un lapin, Malloy veut embrasser son ancienne amie et lui lance amoureusement «J'te préférais en rouquine».
   
   Des deux films qui en ont été tirés, je n'ai vu que le second avec Charlotte Rampling et Robert Michum en 1975. Il est très bon.
   
   
   Titre original: Farewell To My Lovely (1940)

critique par Jehanne




* * *