Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'Ile des chiens de Patricia Cornwell

Patricia Cornwell
  Bâton Rouge
  Signe suspect
  L'Ile des chiens
  Jack l'Eventreur
  Combustion
  Mémoires mortes

Patricia D. Cornwell est le nom de plume de Patricia Carroll Daniels, auteure américaine de romans policiers, née en 1956 à Miami.

L'Ile des chiens - Patricia Cornwell

Un polar sans enquête ni intrigue
Note :

   C'est le premier livre de Patricia Cornwell que je lis et je suis déçu.
   
   Pour résumer, un groupe de criminels agit dans un état de Virginie dirigé par un gouverneur grotesque, incompétent et manipulé. Andy Brazil, officier de police, mène un combat parallèle aux enquêtes officielles grâce à des publications officieuses et des échanges d'informations sur internet. Un quiproquo entre les autorités et les habitants de l'île de Tanger entraîne une rébellion. Tout le reste n'est qu'une série d'évènements incongrus.
   
   Ce livre est classé dans la catégorie « romans policiers », mais il n'y a pas vraiment d'enquête et pas vraiment d'intrigue. L'histoire tient plus d'une embrouille burlesque et confuse.
   Les personnages sont tous des caricatures. Même le héros est un archétype de l'homme parfait sans faiblesse ni défaut, il est agaçant.
   
   Les personnages sont nombreux et l'auteur se focalise, tour à tour, sur l'un ou sur l'autre. On a donc du mal à s'attacher à un personnage, le lecteur reste trop distant. Cette multitude de personnages importants rend l'histoire plus confuse.
   Les descriptions sont fades, elles ne nous mettent pas dans l'ambiance, on ne plonge à aucun moment dans l'histoire.
   Le rythme, aussi bien coté style que coté récit, est monotone. L'ennui arrive vite. Je me suis même retrouvé, pour la première fois de ma vie, à dormir sur un livre en pleine journée. Les tentatives de rebondissements sont inintéressantes pour le cours de l'histoire.
   Les chapitres sont, régulièrement, interrompus par les discours du héros publiés sur l'Internet. Ces pauses parlent souvent de faits historiques très éloignés de l'histoire. Ces césures dans le récit tombent comme des cheveux sur la soupe, elles ne sont aucunement pertinentes.
   
   Ce livre est une grosse farce qui ne m'a pas fait rire.
   
   
   

critique par Olivier Michael Kim




* * *