Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La malédiction des Médicis, tome 2 de Patrick Pesnot

Patrick Pesnot
  La malédiction des Médicis, tome 1
  La malédiction des Médicis, tome 2

La malédiction des Médicis, tome 2 - Patrick Pesnot

Les lys de sang
Note :

   Entre la fin du tome 1 et le début de ce tome 2, environ 30 ans ont passé. Les Médicis ont perdu la majeure partie de leur pouvoir. Depuis la mort de Laurent de Médicis, les Florentins ont connu l'ascendant de Savonarole puis s'en sont délivrés par le feu. Les premières pages de ce nouveau roman nous font parcourir ces années à grandes enjambées pressées. Trop grandes, trop pressées à mon avis, car l'on a à peine le temps de découvrir un personnage qu'il disparaît, de comprendre une situation qu'elle est dépassée. Cela donne l'impression que l'on ne s'y retrouve pas et fait craindre de ne pas pouvoir suivre convenablement le récit. Je me demande si Patrick Pesnot ne risque pas de perdre quelques lecteurs dans ce début de livre. Heureusement, lorsque nous arrivons enfin à Cosme (Cosimo 1er) personnage principal de ce volume, le rythme ralentit et, lorsque Cosimo commence à agir, il reprend un cours plus normal et on entre enfin dans l'histoire.
   Tout comme le premier tome de cette trilogie était consacré à Laurent le Magnifique, le second l'est à son arrière petit fils, Cosme 1er de Médicis qui sut reprendre le pouvoir sur Florence et fut le premier Grand Duc. Il eut, dans un sens encore plus de mal que Laurent à parvenir à ses fins et se montra sans nul doute plus impitoyable et plus machiavélique. Penser ensuite qu'après avoir tant sacrifié à son ambition sociale, financière et politique, jusqu'à ses meilleurs amis, cet homme dur et colérique finit par se retirer pratiquement du pouvoir pour trouver la paix et l'amour dans les bras d'une femme d'une position telle qu'il ne put l'épouser que morganatiquement, laisse songeur? Une belle leçon de philosophie par l'exemple, ou par l'Histoire.
   Les amateurs de Musset seront contents de retrouver ici le vrai Lorenzaccio, mais guère à son avantage. A part cela, mêmes remarques que pour le premier tome : un style qui n'est pas littéraire mais permet une lecture facile et agréable de cette passionnante page de l'histoire florentine.
   Un gros regret : qu'il n'y ait de photos dans aucun de ces volumes. J'aurais beaucoup apprécié par exemple, quatre pages centrales de reproductions de tableaux d'époque montrant les différents personnages évoqués. Cela aurait considérablement enrichi cet ouvrage. Lire une histoire vraie en sachant quelle était l'apparence des personnes qui l'ont vécue, aurait rendu les choses encore beaucoup plus intéressantes.
   
   

critique par Sibylline




* * *