Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La nuit des hulottes de Gilbert Bordes

Gilbert Bordes
  Le voleur de bonbons
  Le porteur de destins
  La couleur du bon pain.
  Des enfants tombés du ciel
  Le silence de la mule
  Dernières nouvelles de la terre
  La nuit des hulottes
  Une vie d’eau et de vent
  La malédiction des louves
  Les secrets de la forêt
  La garçonne

Gilbert Bordes est un écrivain français né en 1948 à Tulle.

La nuit des hulottes - Gilbert Bordes

Crépuscule… d’un homme
Note :

   Gilbert Bordes est connu pour ses romans de la terre, du terroir. Cette «nuit des hulottes» est davantage que cela. C’est d’abord une réflexion sur la vieillesse, la solitude et la détresse de celui qui se met à tout perdre, l’âge aidant; son conjoint de toujours, son autonomie avec la santé physique.
   
   Cyprien Mallorie a perdu sa femme depuis peu. Cet artisan ébéniste de …, on ne sait pas –vieux en tout cas – a perdu avec sa femme, ses repères, et son organisme fatigué se met à le lâcher. C’est même son cœur qui le lâche et l’envoie aux services d’urgences. Il commence à faire connaissance d’un monde qu’il ne soupçonnait même peut-être pas et qu’il repousse de toutes ses forces; celui de l’hôpital où l’individu est comme infantilisé, où les décisions sont prises par d’autres. D’un caractère entier, il s’enfuit pour regagner sa maison où il va tenter de vivre, avec l’assistance de ses voisins, vieux également, loin de tout, avec l’affection aussi d’un enfant perdu, le petit-fils de ses voisins, élevé difficilement par ses grands-parents.
   
   Gilbert Bordes aborde ces sujets via une histoire consistante et très crédible, hélas certainement d’une actualité quotidienne dans nos campagnes éloignées. Il prend le recul nécessaire pour ne pas tomber dans le simple pathos, et l’on vit avec Cyprien ses attaques cardiaques successives qui l’emmèneront plusieurs fois aux urgences, et même, à la maison de retraite. Subtilement traité également le thème des relations impossibles (?) – délicates au moins – inter-générationnelles. Ses enfants, dans l’incapacité ou le refus de le prendre en charge. Lui, Cyprien, dans l’incapacité, ou le refus, de tenter de comprendre leur vie, incompatible avec ses principes. Tout cela est d’une brûlante actualité.
   
   Il y aura donc, in fine, une charge contre les maisons de retraite et ce monde terrible. Cyprien finit par s’échapper, à nouveau, mettant sa vie en danger, mais de quelle vie parle-t-on? Gilbert Bordes concocte une fin qui, néanmoins, n’exclut pas l’espoir. Un espoir possible, raisonnable, mais … on est dans un roman …
   
   Un beau roman qui traite lucidement de la fin de vie.

critique par Tistou




* * *