Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Survenant de Germaine Guèvremont

Germaine Guèvremont
  Le Survenant

Le Survenant - Germaine Guèvremont

Raté!
Note :

    Résumé
   Dans le Québec du début-milieu du 20ème siècle, Didace Beauchemin vit sur sa terre avec son fils Almable (un grand flanc mou, selon lui) et sa belle fille Alphonsine, qui n'ont toujours pas d'enfants après 3 ans de ménage, ce qui n'est pas du tout normal pour l'époque. Soudain apparaît un étranger, le Survenant, qui deviendra son homme de main et qui gagnera l'affection de Didace et d'Angelina, une voisine. Saura-t-il résister à l'appel des routes?
   
   
   Commentaire
   Comme je lis à la vitesse tortue (épidémie qui semble se répandre dans ma région...), un commentaire sur un livre lu il y a quelque temps, à la sortie du film, en fait. Et comme je suis un peu bougonne (j'ai le droit, la grippe me donne tous les droits!!!), quoi de mieux qu'une critique où l'on peut se défouler un peu!
   
   Il faut savoir que c'est un classique de la littérature québécoise et que ce livre a traversé les années, souvent louangé. Je me suis décidée à le lire quand l'adaptation d'Erik Canuel a envahi nos écrans en 2005, dans le but de lire le livre avant de voir le film. Je l'ai lu. J'ai peiné. Et finalement, je ne suis pas allée voir le film!
   
   Sincèrement... il ne se passe RIEN dans le livre! Du moins rien qui m'ait intéressée. Une barque qui disparaît… des récoltes... Je me suis accrochée jusqu'à la fin mais j'ai franchement trouvé la lecture longue et pénible. À part Amable et le Survenant, les personnages m'ont paru peu sympathiques en général. Je n'ai pas accroché à l'histoire entre "La Noire" et son "Grand dieu des routes" et comme la fin est quand même bien connue de la culture québécoise, je n'ai pas eu l'angoisse du questionnement du Survenant, soit rester et épouser Angelina ou partir.
   
   Anecdote: Germaine Guèvremont, dans la première publication, dévoilait à la fin du roman l'identité du Survenant, lui enlevant ainsi beaucoup de son mystère. Suite à des commentaires un peu outragés, elle a changé la fin pour la ramener à ce qu'elle est aujourd'hui et ainsi préserver le secret du Grand dieu des routes!
   
   Toutefois, je dois admettre qu'il s'agit d’une ode à la liberté, la liberté de vivre à notre façon, liberté de choisir la vie que nous souhaitons, malgré les convenances. Le Survenant a fasciné des générations entières, il doit bien y avoir une raison à ça! J'ai bien aimé savoir qui était en fait le Survenant... et lire le résumé de la suite ("Marie-Didace", du même auteur) m'a amplement suffi! Toutefois, comme ce livre est considéré comme un grand roman québécois... s'il y en a qui l’ont lu et aimé, je suis vraiment intéressée à savoir pourquoi! J'ai carrément l'impression d'avoir manqué le bateau sur ce coup-là!

critique par Karine




* * *