Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les arcanes du chaos de Maxime Chattam

Maxime Chattam
  Carnages
  L'âme du Mal
  Maléfices
  In Tenebris
  Le 5e règne
  Les arcanes du chaos
  La théorie Gaïa
  Ados: Autre monde T1: l’Alliance des Trois
  Ados: Autre monde T2: Malronce
  Le requiem des abysses
  Leviatemps

Maxime Chattam est un auteur français de romans policiers né en 1976.

Les arcanes du chaos - Maxime Chattam

Manipulations…
Note :

   Maxime Chattam. Premier roman pour moi. Comment dire?
   Il y a dans la littérature finalement deux grands courants: les romans qu’on écrit pour raconter une histoire, et ceux pour qui l’histoire n’est qu’un support à l’écriture et aux sentiments qu’on veut faire passer … Une vision un peu simpliste, mais bon …
   Clairement Maxime Chattam s’inscrit dans la première proposition; les romans qu’on écrit pour raconter une histoire. Dans cette mouvance, presque naturellement, l’histoire prime sur le style. Je comparerais cette attitude un peu à celle de l’éleveur de poulets qui privilégie la croissance du poulet à tout prix au détriment d’un minimum d’éthique et d’un minimum de respect du poulet. J’exagère évidemment! Grossir le trait pour être plus aisément compris. Alors, non, le style de Maxime Chattam n’est pas indigne. J’ai trouvé que cela se lisait bien, trop bien en fait puisque, encore une fois, l’essentiel est l’histoire. Un peu un croisement bizarre de Dan Brown, Marc Lévy et Bernard Werber. Un peu ça. Et ce n’est pas indigne (d’ailleurs j’ai entamé la lecture d’un second roman de Maxime Chattam).
   
   Pour autant, il y a des auteurs de polar qui parviennent davantage à faire le lien entre le «roman à histoire» et «l’histoire support de roman», James Lee Burke, Michael Connelly, Henning Mankell, … Là, dans «Les arcanes du chaos», clairement la psychologie des personnages ainsi que leurs ressorts profonds sont limités au minimum. L’histoire, priorité à l’histoire. Ça a son intérêt aussi. Le tout c’est de savoir ce qu’on cherche en attrapant un bouquin.
   
   Que se passe-t-il ici? Des choses bizarres. Comme des apparitions pour Yael dans le miroir de sa salle de bains, comme des tentatives d’assassinat qui échouent de justesse, des coïncidences qui coïncident trop … Yael, épaulée par Thomas débrouille peu à peu l’écheveau, mettant à jour de gigantesques manipulations à l’échelle de vies humaines; la vie de Yael par exemple. Le tout, trépidant, est rythmé, découpé, expliqué par le blog d’un dénommé Nasir, ami de Thomas et qui va les aider à échapper à ce qui semble un inexorable complot, blog qui rappelle la technique de Bernard Werber dans les passages explicatifs dans ses romans, genre «Encyclopédie … du savoir absolu» ou quelque chose comme ça.
   
   On est en prise directe avec l’actualité puisque l’assassinat de Kennedy fait partie du script et que le 11 septembre va jouer également un rôle certain. Imagination au pouvoir. Pas pour du rêve ici. Plutôt du cauchemar. Le cauchemar qu’une once de ceci reflète la réalité.

critique par Tistou




* * *