Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le livre de Noël de Selma Lagerlöf

Selma Lagerlöf
  L'Anneau maudit
  Le Cocher
  La légende de Gösta Berling
  L'anneau du pêcheur
  Le livre de Noël
  Les écus de messire Arne
  Le merveilleux voyage de Nils Holgerson
  Le banni

Selma Ottilia Lovisa Lagerlöf est une écrivaine suédoise, née en 1858 et décédée en 1940.
Le prix Nobel de littérature lui fut attribué en 1909, faisant d'elle la première femme à recevoir cette distinction.

Le livre de Noël - Selma Lagerlöf

Où y a de l'hétérogène, y a pas de plaisir
Note :

   "Le livre de Noël" est un recueil de différents textes de Selma Lagerlöf, auteur suédoise de la fin du XIXeme-début XXeme Siècle, Prix Nobel de littérature en 1909. Après avoir été publiés dans différentes revues, ces textes ont été réunis dans un même ouvrage. Et cette hétérogénéité se ressent malheureusement pendant la lecture, l’ensemble des textes ne donnant pas une unité attendue dans ce type de recueil.
   
   Il y a, pour faire vite, deux influences assez distinctes, qui ne se rejoignent quasiment pas. Il y a l’aspect conte nordique, qui m’a paru le plus intéressant. L’auteur y mêle un peu de mythologie, mais pas de manière systématique. Dans la nouvelle qui donne son titre au livre, une petite fille attend avec une grande impatience le livre qu’elle reçoit tous les ans à Noël, pour pouvoir le dévorer au cours de la nuit. Mais elle reçoit un livre en français, ce qui tempère son enthousiasme car elle ne maîtrise pas la langue. Dans "La nuit du Nouvel An des animaux", on suit un cheval qui emmène son cavalier vers le sommet de la montagne du pays, où se rassemblent autour d’une muse scandinave les animaux sauvages et domestiques, pour connaître le sort qui leur est réservé dans l’année qui vient.
   
   Et puis il y a l’aspect religieux. Pas religieux mythologique, mais religieux catholique, au sens le plus latin. Une nouvelle s’intitule par exemple "Nazareth", et on y rencontre Jésus et Judas qui sur le seuil d’une porte fabrique des oiseaux en argile. On apprend comment la gorge du rouge-gorge est devenue rouge (Claudel n’aurait pas pu trouver plus religieux!). Une nouvelle, "Le crâne", m’a même fait rire, tellement la ficelle religieuse ressemble à du mauvais catéchisme. Pour ces nouvelles-ci, inutile donc de vous dire qu’elles ne m’ont pas emballé (enfin, c’est dit quand même).
   
   Dans "Légende de la fête de la Sainte-Luce", la plus longue nouvelle du recueil, il y a une tentative de mélange de folklore scandinave et de religion catholique. Cette nouvelle est assez agréable à lire, mais l’aspect suédois m’a encore une fois beaucoup plus attiré que le reste.
   
   Voici donc un recueil assez étrange, hétérogène, dont l’unité est difficile à trouver (s’il y en a une), et qui m’a parfois laissé froid en raison des thèmes utilisés. Ce n’est pas un échec total, mais j’en attendais un peu plus.

critique par Yohan




* * *