Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La malédiction des Médicis, tome 1 de Patrick Pesnot

Patrick Pesnot
  La malédiction des Médicis, tome 1
  La malédiction des Médicis, tome 2

La malédiction des Médicis, tome 1 - Patrick Pesnot

Un prince sans couronne
Note :

   « Patrick Pesnot est écrivain, journaliste, scénariste et producteur de documentaires pour la télévision. Il a produit de nombreuses émissions de radio » nous dit sa biographie. On lui doit les «Rendez-vous avec X», émission de radio/histoire, assez connue.
   Je pense qu'en situant ainsi l'auteur, on dit assez à quoi l'on peut s'attendre, et c'est exactement ce que l'on aura.
   « La malédiction des Médicis » n'est pas un ouvrage littéraire et je me suis plusieurs fois interrompue sur la réflexion que ce que je lisais n'avait pas grande valeur littéraire.
   Ceci dit, je me suis, comme je le disais, interrompue d'une lecture fort intéressée et pour la reprendre bien vite car, une fois qu'on a admis que l'on ne devait pas être trop exigeant sur la richesse et la qualité du style, il reste un roman suffisamment bien écrit pour être passionnant et suffisamment bien documenté pour être didactique. On allie sans peine la bonne conscience de se cultiver (car tous les faits historiques relatés sont exacts) et le plaisir de lire un roman d'aventure, d'accès facile.
   Ne boudons pas notre plaisir. Quelle est la motivation principale des lecteurs de romans historiques ? Celle-là même : lire avec intérêt un livre passionnant au sortir duquel ils auront appris des choses sur l'histoire de l'époque visée. Eh bien, si vous vous intéressez à la Florence de la Renaissance italienne ou à Laurent de Médicis, vous serez satisfaits, car c'est exactement ce que vous trouverez ici.
   Placé comme si, à sa mort , Laurent Le Magnifique voyait défiler son existence entière, ce premier tome nous présente Florence, au début de l'hégémonie Médicis, de Côme l'Ancien à Laurent, en passant par son père Pierre le Goutteux.
   Je peux vous dire que je ne l'ai refermé qu'avec la plus ferme intention d'attaquer le tome 2.
   
   
   

critique par Sibylline




* * *