Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le vrai cul du diable de Percy Kemp

Percy Kemp
  Le vrai cul du diable

Le vrai cul du diable - Percy Kemp

Miroir, mon beau miroir...
Note :

    Présentation de l'éditeur
   "Anna Bravo achète un petit meuble d'angle vénitien du début du XVIIIe siècle, avec son miroir de Murano. Elle entretient un rapport particulier avec les miroirs. Avec celui-ci, sa vie va basculer... Voici donc la curieuse histoire d'une femme et de son reflet, d'une femme et de son image."

   
   
   Commentaire
    Anecdote pour débuter... j'ai commencé à lire ce livre vers la fin de l'heure du dîner, au travail, alors que mes collègues lavaient leur vaisselle, finissaient de manger, ... se brossaient les dents. J'ai lu la deuxième page, j'ai levé les yeux vers la fille qui maniait habilement la brosse à dents dans un coin de la salle (rassurez-vous, la brosse était bien dans sa bouche)... et je me suis dit que non, franchement, ça n'allait pas le faire... pas à ce moment, du moins! Ca faisait comme un blocage!! Ceux qui ont lu le bouquin comprendront!
   
   Donc, dans ce livre, on rencontre Anna Bravo, femme très droite, qui ne jure que par la réalité, les faits avérés, prouvés. Contrairement à son employeur, ministre de l'Intérieur de son état, qui ment à qui veut l'entendre et qui manipule les faits à sa guise. Pour elle, un bref coup d'oeil dans le miroir sert à s'assurer que son aspect extérieur, l'image qu'elle renvoie aux autres (efficace, symétrique, froide et cérébrale) est bien ce qu'il doit être. Sauf qu'un jour, elle croise un miroir dans lequel elle voit quelque chose d'étonnant... elle ne se reconnaît pas du tout et commence alors pour elle une réflexion sur notre image, ce que nous sommes, comment nous sommes perçus.
   
   À me lire, on semble tomber dans le fantastique mais pas du tout... Il s'agit plutôt de l'obsession d'une femme pour son image, sur sa définition d'elle-même et sur la réalité. Pas qu'Anna Bravo devienne soudain une coquette!! Mais dans le monde politique où elle évolue, les apparences jouent un rôle primordial et soudainement, elle voudrait que tout soit réel, sans mensonge, sans déformation. J'ai beaucoup apprécié cette réflexion par rapport à notre image de soi, à travers nos yeux, ceux des autres, et comment ces perceptions influencent notre image de nous-même et du monde. Toutefois, les personnages en eux-mêmes et leur évolution m'ont peu touchée. J'avoue avoir été assez peu sensible aux remises en question d'Anna en tant que personnage. (Bon, je sens que je ne suis pas claire... essayons de résumer. J'ai plus ou moins accroché à l'histoire des personnages en soi mais j'ai trouvé très intéressantes les pistes proposées...est-ce que c'est plus clair??)
   
   Le gros point fort selon moi?? La langue utilisée. J'ai vraiment, vraiment apprécié le style de l'auteur, avec son vocabulaire recherché, ses nombreuses références et citations. Il réussit à nous transporter avec cette langue, dans un univers bizarre et familier à la fois. J'ai trouvé cet aspect très réussi car il a réussi à me captiver sans pour autant m'arrêter dans mon élan de lecture. Il est juste dommage que je n'aie pas vraiment réussi à m'attacher aux personnages...
   
   Et... disons que j'aimerais bien me voir dans un tel miroir... je suis morte de curiosité!!

critique par Karine




* * *