Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ecorces de sang de Tana French

Tana French
  Ecorces de sang
  La mort dans les bois
  Les Lieux infidèles
  La Maison des absents

Née en 1973, Tana French est une actrice et auteur de romans policiers. Née aux USA (Vermont), elle est de nationalité américano-italienne et vit en Irlande.

Ecorces de sang - Tana French

Dans les bois
Note :

   En août 1984, trois pré-ados disparaissent dans les bois de Knocknaree, un petit lotissement dans la banlieue de Dublin. Au bout de plusieurs heures de recherche, on retrouve l'un d'eux, Adam Ryan, catatonique et partiellement amnésique: le jeune garçon ne se souvient de rien et se montre incapable d'expliquer d'où vient le sang qui macule ses chaussures et ses chaussettes. Malgré des semaines de recherches, les deux autres enfants ne seront jamais retrouvés et la police scientifique en étant à ses balbutiements, on n'identifiera jamais le sang qui macule ses pieds.
   
   Plus de vingt ans plus tard, Adam Ryan a changé de prénom: il est devenu l'inspecteur Rob Ryan de la Garda Siochana, la police irlandaise. Il n'a jamais recouvré la mémoire de ces heures volées et a enseveli les douze premières années de sa vie sous un voile opaque. Bon élément, il a gravi les échelons et fait enfin partie de la Brigade criminelle, avec pour partenaire Cassie Maddox, une jeune femme déterminée et sympathique. Un matin, O'Kelly, leur supérieur, leur confie une enquête sur un homicide: on a retrouvé le corps d'une jeune fille de 12 ans sur le chantier de fouilles de Knocknaree, manifestement assassinée. Pour Ryan, cette enquête va prendre des allures de descente aux enfers...
   
   Ah l'excellent polar que voici, chers happy few! L'intrigue, qui mêle habilement fausses pistes crédibles et vrais indices, emmène nos deux inspecteurs, à qui s'adjoint un troisième, Sam O'Neill, dans les méandres de la politique irlandaise (le chantier de fouilles se trouve sur le tracé de la future autoroute) et dans les tréfonds de la psychologie humaine. Le lecteur est baladé dans une intrigue riche et beaucoup plus retorse qu'il n'y paraît au premier abord et dans des rebondissements parfois surprenants. La psychologie des personnages est extrêmement fouillée et passionnante, et le fait que la narration soit prise en charge par Ryan, jeune flic atypique, séduisant et tordu, est pour beaucoup dans la sensation d'originalité qui se dégage de l'ensemble. Nous suivons les errements de ce flic perdu dans son absence de mémoire, terrorisé par ce qui remonte par bribes au point d'en perdre tout bon sens et tout sens de l'observation et ce flou contamine le lecteur au point de penser que rien ne sera jamais résolu (et il faut bien avouer que la fin laisse certains points en suspens).
   
   Certains éléments sont parfaitement menés comme les interrogatoires et certaines répliques font mouche. Ajoutons à cela un décor de polar bien glauque en l'omniprésence d'une Irlande très pluvieuse où le ciel est souvent menaçant et changeant et où la forêt est un personnage à part entière, effrayant et fascinant à la fois. Une véritable réussite! Il ne me reste plus qu'à lire la suite, "Comme deux gouttes d'eau": ça tombe bien, elle est dans la PAL. (Mais entre nous, qu'est-ce qui n'y est pas, chers happy few, dans cette PAL dantesque?)
   
   
   Titre original : In the woods
   
   
   PS : Il y a eu une première traduction en 2008 sous le titre "La mort dans les bois"
   ↓

critique par Fashion Victim




* * *



Une intrigue retorse
Note :

   Quand on découvre le cadavre de la petite Katy sur un chantier de fouilles archéologiques, c'est tout un passé qui va rattraper l'inspecteur de police Rob. En effet, vingt ans auparavant, il a été le seul rescapé d'un groupe de trois enfants qui étaient allés jouer dans les bois, les deux autres ne sont jamais réapparus. Les deux affaires sont elles liées? Rob est-il vraiment le plus à même de résoudre la ou les énigmes? En tout cas, il est fidèlement secondé par son alter ego au féminin, Cassie, férue de psychologie et plus teigneuse qu'un bouledogue.
   
   Ce pourrait être un énième roman policier tissant les liens passé -présent, jouant de la complicité entre les membres de son équipe mais "Ecorces de sang" est bien plus que cela.
   L'intrigue est particulièrement retorse et même si j'avais deviné une partie de l'énigme, les retournements de situation ne cessent de relancer le récit même à la toute fin. Les personnages et leur psychologie subtile sont particulièrement réussis et on a hâte de les retrouver dans le volume suivant, d'autant que toutes les zones d'ombre n'ont pas été éclaircies.
   
   L'écriture enfin de Tana French, qui fait de la forêt un être quasi vivant, une entité vaguement menaçante et s'attache à décrire la nature avec poésie a fini de me séduire totalement. Un roman qu'on ne lâche pas!
   Ce livre a remporté, entre autres, le Prix Edgar Allan Poe.
   ↓

critique par Cathulu




* * *



La mort dans les bois
Note :

   Résumé
   "Vous avez douze ans. Ce sont les vacances d'été. Vous jouez dans les bois avec vos deux meilleurs amis. Il arrive quelque chose. Quelque chose de terrible. Et les deux autres ne sont jamais revus ensuite.
   Vings ans plus tard, Rob Ryan - l'enfant qui est revenu - est détective dans la police de Dublin. Il a changé son nom. Personne ne connaît son passé. Lui-même n'a aucun souvenir de ce qui s'est passé ce jour-là.
   Mais le corps d'une fillette est retrouvé sur le site de l'ancienne tragédie et Rob doit faire à nouveau face à ce mystère. Pour lui et sa partenaire, Cassie, chacune des pistes recèle des sous-entendus. La famille de la victime, en apparence normale, cache plusieurs secrets. Et toutes les pistes les ramène inexorablement... dans les bois."

   
   Commentaires
   J'ai lu ce livre parce qu'on m'a vivement conseillé la suite! Bizarre, vous dites?? Je sais!! En plus, c'est l'un de ces livres que la blogosphère anglophone aime généralement... et que la blogosphère francophone a presque unanimement descendu en flèche! Et moi dans tout ça? Disons qu'il m'a empêchée de dormir, que je l'ai lu presque d'un coup sans pouvoir le reposer et qu'en général, j'ai beaucoup beaucoup aimé, même si, de façon objective, je ne lui trouve pas que des qualités. Mais je sais pourquoi j'ai aimé, par contre, je commence à me connaître assez pour ça!!
   
   Il s'agit d'un roman policier se déroulant en Irlande, aux alentours de Dublin. Par contre, l'arrière-plan socio-politique global de l'endroit n'a pas une très grande place dans l'histoire, qui est très, très centrée sur l'investigation de l'équipe de détectives et la psychologie des personnages. Le rythme est lent, nous avons droit aux interrogatoires, aux recherches, aux fausses pistes... Ceux qui cherchent des meurtres à répétition et du gore aux deux pages, ce n'est pas le livre pour vous! Ceux qui veulent aussi que chacun des petits mystères soient résolus et expliqués seront aussi déçus... parce que certaines choses restent vagues.
   
   Je dois avouer que pour ma part, j'ai ressenti à certains moments certains des feelings que m'a apporté "Le maître des illusions", à un moindre degré. Soyons clairs... le premier est l'un de mes livres favoris à vie... ce n'est pas la même chose ici mais quand même! Mais à chaque fois qu'un livre me plonge dans cet état, j'aime généralement. J'aime cette nostalgie qui ressort à certains endroits, j'aime quand un personnage idéalise une certaine période de sa vie et la regarde ensuite avec un pincement au cœur... j'aime aussi ces romans où il y a ces "anticlimax" - mot qui revient à plusieurs endroits dans le roman, d'ailleurs - ces points de non-retour, quand les choses finissent, juste comme ça. Bizarrement, ça me vire à l'envers à chaque fois, ces fins. Et c'est probablement pour ça que j'ai aimé ce roman.
   
   De plus, j'ai apprécié la narration, avec ses pointes d'humour noir (bon, j'admets que parfois, j'avais du mal à croire que c'était un homme qui est le narrateur... mais ça peut quand même passer) et ses sauts dans le futur (je n'ai que le terme anglais "foreshadowing" qui me vient en tête...) où il jette un regard plus détaché sur le passé. Bon, j'ai comme d'habitude deviné assez rapidement une partie de la réponse au mystère... mais avec moi, c'est normal!! J'ai aussi réussi à m'attacher aux personnages principaux, Rob et Cassie (leurs soirée me rappellent des souvenirs d'adolescence... c'est peut-être pour ça!), même si Rob est tellement "fucked up" que certains actes me paraissent presque incompréhensibles. J'ai eu maintes fois le goût de le secouer mais d'un autre côté, on a parfois l'impression qu'il n'a jamais passé le cap de l'âge adulte, qu'il ne fait que semblant et qu'en fait, il est resté dans ces fameux bois. Les personnages sont fouillés et ont plusieurs facettes, on a l'impression qu'ils existent pour vrai. J'ai fini par avoir un peu pitié de Rob et certains passages m'ont carrément peinée.
   
   En gros, une lecture bien appréciée malgré quelques frustrations et une fausse piste un peu "grosse" mais je suis consciente que ça ne plaira pas à tout le monde. Et... je ne crois pas que je choisirai un autre livre tout de suite... j'ai besoin de réfléchir sur celui-ci encore un peu. On pourrait les psychanalyser, ces personnages!
    ↓

critique par Karine




* * *



Il m'a énervée!
Note :

   Adam Ryan, 12 ans jouait dans la forêt avec ses amis Jamie et Peter en août 84.
   Le soir venu, on le retrouva agrippé à un arbre, du sang dans les chaussures. Ses amis avaient disparu et il ne se souvenait de rien.
   Ainsi prit fin son enfance insouciante à Knockaree, petite ville de la banlieue dublinoise.
    
   Vingt ans plus tard, Adam a changé de nom, se fait passer pour un Anglais, et tente de vivre, tantôt sans son passé, tantôt avec des réminiscences insistantes. Sous le nom de Rob, il est devenu inspecteur de police. Son métier l'entraîne à nouveau sur le théâtre de son ancien traumatisme. Katy, une petite fille de douze ans est retrouvée assassinée dans cette même forêt, par des archéologues qui travaillent sur un chantier de fouille. Le corps gisait sur une tombe druidique, un autel pour d'ancien sacrifices.
    
   Avec l'aide de Cassie sa collègue préférée, à qui il a confié son aventure passée, Adam enquête, et malgré lui, cherche un lien entre cette affaire et celle, non élucidée, à laquelle il s'est autrefois trouvée mêlé.
    
   Pour me replonger dans un bain d' l'anglais, j'ai choisi un peu par hasard, ce roman dont l'écriture paraissait assez simple, et l'intrigue prometteuse.
    
   Voilà qui s'est révélé un vrai pensum! Bien que l'enquête criminelle portant sur l'assassinat de Katy soit correctement menée et plausible, le roman croule sous les répétitions et redites inutiles, interrogatoires interminables, nombreuses fausses pistes, qui se prolongent bien après que le lecteur les ait abandonnées.
   Les dialogues aussi paraissent longs. Tous les éléments de dialogue sont rapportés, même les plus dénués de signification.
   C'est peu de dire que Tana French tire à la ligne! Les longueurs ne font que souligner la faiblesse psychologique du propos, qui, avec un texte plus court, ne m'aurait pas vraiment gênée.
   Lorsque Adam passe une nuit dans la forêt, et se remémore la dernière journée passée avec ses amis, pour tenter d'avoir un souvenir ou de trouver un indice, il s'enfuit, poursuivi par les fantômes, de sa propre terreur. Ce passage ne m'a pas bouleversée; j'ai même ressenti de l'irritation contre Adam. Il m'a énervée aussi à se laisser séduire plus que de raison par une jeune fille aux ruses assez minables...
   L'enquête d'Adam  sur la disparition de ses amis serait une très bonne chose si cette affaire classée se résolvait elle aussi. Or il n'en est rien!
   Cette déception infligée au lecteur ne devrait pas exister dans un roman policier, ou un thriller psychologique...
   Sauf si l'auteur écrit particulièrement bien! Un exemple me vient à l'esprit: dans son roman «La Lune sous le caniveau»,  David Goodis ne donne jamais la solution de l'énigme ( on ne saura pas qui a violé et désespéré sa sœur, on en reste aux suppositions) et cela ne nous manque pas, car le récit est poétique et davantage focalisé sur l'ambiance que sur l'enquête.
    
   Dans ce roman là, l'ambiance joue aussi un rôle important, mais Tana French n'écrit pas si bien que cela, et de ce fait, on attend autre chose qui ne vient pas. 

critique par Jehanne




* * *