Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dracula l'immortel de Dacre Stoker

Dacre Stoker
  Dracula l'immortel

Dracula l'immortel - Dacre Stoker, Ian Holt

Encore Dracu
Note :

   Dacre Stoker est l’arrière-petit-neveu de Bram Stoker qui écrivit le fameux "Dracula"
   Ian Holt est un scénariste passionné par le thème de dracula
   Ils ont décidé de s'unir pour le faire revivre, encore...
   
   
   «En 1888, un groupe de six intrépides a réussi à détruire Dracula aux portes de son château de Transylvanie. Vingt-cinq ans plus tard, ils se sont dispersés mais le souvenir de cette périlleuse aventure où l’un d’eux a laissé sa vie les poursuit. Combat quasi mystique contre les forces du mal, vengeance d’amoureux endeuillés ou inextinguible jalousie: les raisons mêlées de leur acte continuent de perturber leur existence et la disparition du prince des ténèbres n’a pas apaisé leurs tourments. Une mort inexpliquée devant un théâtre parisien et un deuxième assassinat d’une effroyable cruauté au cœur de Londres vont réveiller la peur. Du Quartier latin à Piccadilly Circus, l’ombre de Dracula semble à nouveau planer… Les héros d’autrefois devront faire face à un ennemi insaisissable aux attaques sournoises ou d’une violence inouïe, mais aussi à leurs propres démons. De quoi brouiller les pistes et troubler les esprits, dans une intrigue menée avec maestria qui ressuscite le fantasme et la malédiction de l’immortalité.»
   
   Il y avait de quoi avoir peur, mais cette suite au "Dracula" de Stoker se révèle être finalement une réussite. Dacre Stoker et Ian Holt ont fait plusieurs choix intelligents qui leur ont permis de rester relativement fidèles à l’œuvre originale tout en écrivant un roman qui ne se contente pas de rejouer les aventures de Van Helsing et de ses amis mis à la sauce 21e siècle.
   
   - Première bonne idée, jouer le décalage avec Dracula et faire apparaître Bram Stoker dans le récit. Oui, oui, vous avez bien lu! Bram Stoker est un des personnages secondaires de l’intrigue! Celui qui en écoutant un des héros de 1888 a écrit un roman intitulé "Dracula"… Et qui dit roman, dit petits arrangements avec la réalité! Du coup, le champ est libre: ce qu’ont vécu les Harker, Arthur Goldaming, Jack Seward et Quincey Morris avec le docteur Van Helsing n’est pas tout à fait ce que l’on a pu lire dans "Dracula". Avantage de la manœuvre et non des moindre, les personnages se font d’une certaine manière plus complexes. Sans doute parce qu’on les retrouve après une vie et loin de ce que l’on pouvait attendre pour eux. Dracula lui-même n’est pas le monstre décrit par Bram Stoker mais une créature bien plus complexe.
   
   J’ai vraiment apprécié la manière dont les événements du roman original sont vus sous un angle nouveau, la manière dont les personnages apparaissent. Là où ils étaient sujets au doute, à la souffrance amoureuse ou physique, au scepticisme, mais étaient quelque part moralement irréprochables, Dacre Dtoker et Ian Holt laissent la place à l’humain avec ses failles, ses ambiguïtés, ses rancoeurs sans être infidèles à ce qu’ils étaient plus jeunes. A cet égard, Mina est superbe, tout comme Seward d’ailleurs.
   
   - Deuxième bonne idée, le récit n’est pas centré sur Dracula mais sur Elisabeth Bathory, autre personnage historique à la réputation sulfureuse. La dame est en effet connue pour s’être baignée dans le sang de jeunes femmes pour garder la jeunesse éternelle. De là à en faire un vampire, il n’y avait plus qu’un pas qui est allégrement franchi et qui évite de jouer au retour de la menace du grand ténébreux!
   
   - Troisième bonne idée, choisir Londres comme cadre et de nouveaux personnages comme l’inspecteur Cotford (présent dans les notes de Bram Stoker) et Quincey Harker, devenu adulte et insupportable dans les certitudes de sa jeunesse.
   
   
   L’intrigue se tient, et si on peut reprocher aux deux auteurs un style assez plat et quelques facilités (je dois dire que la brume rouge de Bathory m’a fait sourire plus que frémir), les 500 pages s’avalent sans coup férir et le suspense est bon. On peut évidemment regretter les infidélités à l’œuvre originale, le retour à un récit linéaire loin du choix épistolaire de Dracula. On peut également regretter avec un petit pincement au cœur ce côté roman gothique et victorien si savoureux. Il n’en reste pas moins que "Dracula l’immortel" est dans sa catégorie un bon roman qui se lit avec plaisir et qui sera peut-être un brin plus accessible à ceux que la littérature classique rebute. Le ton et la manière d'aborder les événements et les personnages sont résolument de notre temps. Mina Harker devient une suffragette rangée par exemple, la sensualité est plus clairement affirmée, voire affichée que dans la version 19e qui restait dans le non-dit. A mon sens cependant, ce n’est pas réellement une suite de "Dracula", mais un roman de vampire différent dans le ton, reprenant les personnages de Stoker. On est un peu dans le même genre de démarche que les suites à Autant en emporte le vent" et autres grands romans, pas mauvaises, qui reprennent les personnages et le fond du premier roman mais qui ne sont évidemment pas du même tonneau que les originaux! Ceci dit, aucune raison de ce priver de ce bon moment de lecture!

critique par Chiffonnette




* * *