Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Jours père de Jean-Claude Tardif

Jean-Claude Tardif
  Les Jours père
  Post-scriptum au chien noir

Les Jours père - Jean-Claude Tardif

Souvenirs du Paternel
Note :

   En un récit assez court, Jean-Claude Tardif reconstitue des morceaux de son enfance en s’adressant à son père par delà le temps et par delà la vie et la mort. C’est un «je me souviens» tenu par ces non-dits – dans lesquels beaucoup (dont je suis) pourront se retrouver – qui forment le réseau de communication entre un père et son fils.
   
   Étrangement, c’est surtout par cet oncle généreux que passe la mise en relation, messager éphémère entre présent et passé. Ce sont aussi, par effet de miroir, les histoires que, de son vivant ce père pudique – au point qu’il vient poser un baiser sur le front de son fils endormi – raconte au sujet de l’oncle, alors que le fils attend ses propres confidences.
   
   Et puis il y toute cette vie des «petites gens» des années soixante entre piqueniques et dimanches à la campagne, les choses simples d’une enfance et dont on se souvient par images fortes.
   
   Ces images, revenues certainement par bribes sont rassemblées avec un certain bonheur par Jean-Claude Tardif, poète de son état, qui jette une lumière simple et belle comme un soleil d’automne sur le "Café du pont", la 2CV familiale, les dimanches soirs, le temps qui passe et transforme – pas toujours pour le meilleur – les lieux de souvenirs d’où ont disparu ceux qui nous ont fait grandir et être ce que nous sommes.
   
   Un mot encore – c’est même pour ça que j’ai acheté le livre – sur la photographie de couverture en noir et blanc que prit mon ami Jean-Michel Marchetti un jour de juin 1961, sur laquelle apparaissent Anquetil et son propre père. Première photo très prometteuse d’une longue carrière de photographe. Ce fut aussi la joie de le retrouver, ce samedi au «livre sur la place» à Nancy.
   
   Enfin, je ne saurais finir sans faire un peu de promo pour les éditions «la Dragonne» - je n’ai aucune action ni ouvrage – de Nancy qui publia les premiers textes de Philippe Claudel et qui ne cesse de sortir des ouvrages de qualité.

critique par Mouton Noir




* * *