Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

O comme: Kimi Wa Pet de Yayoi Ogawa

Yayoi Ogawa
  O comme: Kimi Wa Pet

O comme: Kimi Wa Pet - Yayoi Ogawa

Sceptique convaincue
Note :

   14 tomes, série terminée
   
   Sumire est une jeune femme belle, intelligente, active, sexy et froide... Enfin, ça, c'est l'apparence. Journaliste de haut vol le jour, elle est aussi une jeune femme fragile et maladroite en privé. Une facette que Takeshi va découvrir. Enfin Momo puisque c'est ainsi qu'elle va nommer le jeune homme qu'elle découvre dans un carton sur le pas de sa porte... C'est le début de bien des aventures...
   
   J'étais sceptique. Plus que sceptique. Une jeune femme fait d'un jeune homme son animal de compagnie... Moui, moui, moui. Et puis de pages en pages, je me suis surprise à glousser, puis à rire franchement, voire à frémir devant les aventures hautes en couleur de Sumire et de Momo.
   
   Que dire une fois le dernier tome achevé... C'est une série pleine de tendresse, touchante même, qui aborde avec humour les affres des relations amoureuses et professionnelles pour une jeune femme confrontée à des choix difficiles. Sumire est un personnage attachant: en la suivant dans sa vie professionnelle et privée, on découvre une jeune femme attachante qui manque de confiance en soi mais qui tente vaille que vaille de répondre aux attentes de son entourage. Finalement, la seule personne devant laquelle elle parvient à se montrer naturelle est Momo. Il lui faudra du temps pour s'apercevoir que laisser tomber les masques est le seul moyen d'atteindre le bonheur, en privé, comme en public. Petit à petit, la relation de Sumire et Momo gagne en complexité, en profondeur et permet d'aborder nombre de problèmes sentimentaux rencontrés par les jeunes femmes japonaises, mais aussi occidentales. "Kimi Wa Pet" parle aussi bien du regard porté par la société sur les relations amoureuses que des choix à faire entre vie professionnelle et familiale, des concessions dans les relations de couple, du déséquilibre social et culturel dans le couple. Et surtout, il montre comment on se laisse parfois aveugler par des exigences quand l'amour peut arriver par les voies les plus improbables.
   
   Il est amusant de voir les sentiments de nos deux protagonistes évoluer, de voir les triangles amoureux se faire et se défaire au fil des pages et des situations provoquées par leur entourage familial et professionnel. Car il n'est pas seulement question d'amour dans ce manga: il parle aussi du monde du travail japonais et de ses dérives, pression, rivalités, harcèlement. Il parle du monde de la danse. Il parle de la volonté de se montrer parfait et de la souffrance imposée par les masques que la société impose de porter. Il parle des pressions familiales et des rivalités qui peuvent s'installer entre membres d'une même fratrie.
   
   Ceci dit, tout cela est entrecoupé par des épisodes très drôles, parfois vaudevillesques, parfois oniriques, qui arrivent toujours à point nommé pour relancer le scénario.
   
   Sumire est un beau personnage de femme moderne déchirée entre des aspirations contraires, entre réussite professionnelle et une vie plus traditionnelle incarnée par son amie Yuri.
   
   Porté par un scénario maîtrisé, "Kimi Wa Pet" est un manga enthousiasmant qui offre une galerie de personnages vraiment attachants et fouillés, et qui cache sous son côté burlesque bien des choses! A déguster sans modération.
   
   Et parce qu'apparemment nous avons le même genre de discussion au Japon et en France, je ne résiste pas au plaisir de vous offrir cet extrait de dialogue qui m'a fait hurler de rire:
   "-Sumiré: Concentre-toi et imagine. Tu es prête?
   Tu as un chien.
   Yuri: oui
   Sumiré:
   Tu adores ce chien. Tu l'aimes tellement que tu préfères le promener au lieu de passer du temps avec ton copain.
   Y: mouiii...
   S: quand un beau jour, ton chien se transforme en prince charmant et là, il te demande en mariage pour...
   Y: Stop. Arrête, j'ai une imagination limitée!
   S: si c'était un conte de fée, la suite serait facile à imaginer.
   Y: oui, "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants"...
   S: mais est-ce que les princesses ont pu aimer normalement un prince qui a été un chien ou un crapaud...
   Y (à son chien Mick): Mick, tu veux bien te transformer en Viggo Mortensen?
   S: Est-ce que l'on peut si facilement changer ses sentiments à l'égard d'un être? Un prince surgit. Est-ce qu'on ne va pas trop vite en supposant qu'elles tombent amoureuses?
   Y (toujours à son chien Mick): tu deviens Viggo... Tu es Viggo...
   S: Yuri, tu m'écoutes?
   Y: si tu ne peux pas, je peux me satisfaire d'Orlando Bloom..."

   Oui hein...

critique par Chiffonnette




* * *