Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Fleurs de dragon de Jérôme Noirez

Jérôme Noirez
  Fleurs de dragon
  Leçons du monde fluctuant

Fleurs de dragon - Jérôme Noirez

Bonne pioche!
Note :

   Japon, 15e siècle. Le pays sombre dans le chaos des guerres civiles. Dans ce contexte troublé, l'enquêteur Ryôsaku est chargé par le shogun de poursuivre un mystérieux groupe d'assassins qui prend pour cible des samouraïs. Accompagné de trois adolescents, Kaoru, Keiji et Sôzô qui maîtrisent le sabre, il prend la route.
   
   "Fleurs de dragon" est une bonne surprise, un roman plutôt prenant qui se lit d'une traite. Il faut dire que les personnages y sont attachants et pittoresques. Ryôsaku l'inspecteur par exemple, armé de son seul marteau à sagesse qu'il utilise sur lui-même quand ses idées sont embrouillées, et pour faire entrer quelques grammes de sagesse dans la tête pour le moins dure de ses trois compagnons. Et Kaoru, l'adolescent puéril, frondeur et provocateur au grand coeur, Keiji qui ne vit que pour mener à bien une vengeance, Sôzô qui préfère la musique au bushido, les trois soeurs Ninja, adorables pestes qui relâchent des carpes domestiques... Tous acquièrent au fil des pages une épaisseur qui les rend proches du lecteur malgré la période historique lointaine au cours de laquelle ils vivent. C'est un des rares reproches que je ferais au roman d'ailleurs, maigre reproche s'il en est: les trois adolescents sont un brin trop adolescents pour un monde où à 15 ans, on passait à l'âge adulte. Mais en dehors de cela, Jérôme Noirez sait utiliser avec intelligence et sans pédanterie aucune le cadre qu'il a choisi pour son histoire. On voit avec plaisir les quatre héros s'apprivoiser, apprendre à se connaître, se soutenir et se chamailler. On en apprend plus au fil des pages sur le Japon féodal et ses coutumes, sur la religion japonaise, la culture, les dissensions politiques. Et sans s'ennuyer puisque tout cela est distillé entre deux rebondissements de l'enquête, deux combats haletants et les mésaventures parfois drolatiques que subit surtout le pauvre Kaoru prompt à s'attirer des ennuis. Le tout est appuyé par un dossier en fin de roman qui permet d'en apprendre encore plus dans le même esprit.
   
   Bref, l'équilibre se fait sans difficulté entre roman policier et roman historique dans l'humour, le frisson et le plaisir de lire un bonne histoire de fantômes qui n'en sont pas. Fortement conseillé!
   
   Pour la petite histoire, "Fleurs de dragon" a été sélectionné pour le Prix des mordus du polar 2009.
   ↓

critique par Chiffonnette




* * *



Grande aventure
Note :

   Il y avait des années que je voulais lire un roman de Jérôme Noirez, poussée par une copine fan qui se reconnaîtra et comme avec moi tout est toujours très simple, je n'ai pas sorti de la PAL " Le diapason des mots et des misères" qui y dort depuis une éternité, non, fiou, trop facile, j'ai plutôt emprunté à la bibliothèque "Fleurs de dragon".
   
   Pitchons, amis de la rigueur et du dépaysement: Japon, 1489. Ryôsaku, enquêteur-samouraï pour le moins atypique (il a renoncé à porter le sabre) est chargé par l'ancien shôgun, Yoshimasa, de résoudre une série de meurtres sanglants: des samouraïs ont été assassinés dans tout le pays. Secondé par trois adolescents repris de justice, Ryôsaku entame la traque...
   
   Eh bien disons-le tout de go, chers happy few, "Fleurs de dragon" est un excellent roman qui m'a totalement conquise. L'histoire est passionnante et entremêle habilement plusieurs fils de l'intrigue, les personnages sont parfaitement campés et originaux (Ryôsaku est génial dans ses leçons de sagesse et le maniement de son maillet) et leur interaction n'est jamais artificielle (je pense notamment aux trois ados Keiji, Sôzô et Kaoru qui apportent chacun quelque chose à l'histoire) et le tout n'est pas dénué d'humour. On a vraiment l'impression de chevaucher aux côtés de cette drôle d'équipe dans un Japon automnal noyé sous la pluie, d'entendre les tambours des temples et les rires des enfants et on tremble au son de la clochette et devant la colère des hommes (la dernière partie m'a déchiré le cœur).
   
   Une excellente découverte, vraiment.

critique par Fashion




* * *