Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

N.P de Banana Yoshimoto

Banana Yoshimoto
  Kitchen
  N.P
  Dur, dur
  Lézard

Banana Yoshimoto est le nom de plume de Mahoko Yoshimoto. Elle est une écrivaine japonaise née à Tōkyō en 1964.

N.P - Banana Yoshimoto

Comme une parenthèse
Note :

    Résumé :
    «Un écrivain japonais célèbre, émigré aux États-Unis, se suicide en laissant un recueil de nouvelles écrites en anglais. Le livre ne sera jamais publié au Japon: chaque traducteur commençant la quatre-vingt-dix-huitième nouvelle meurt. Au cours d'un été étrange, Kazami, l'amie du dernier traducteur, découvrira la vérité. Et elle finira par croire que "tout ce qui s'est passé était beau... D'une beauté violente, à en perdre la raison".»

   
   
   Commentaire
    Le fameux "Y"! Allez savoir pourquoi, même si j'ai finalement réussi à extorquer "Kitchen" à mon bébé frère, je m'étais mise en tête de lire ce titre particulier!!! J'ai eu des hauts et de bas dans cette - pourtant courte - lecture. J'ai tout d'abord été intriguée par le mystère entourant la nouvelle, cherchant à découvrir la fameuse "vérité" annoncée. Par la suite, j'ai été un peu déstabilisée en voyant que le roman allait en fait dans une autre direction et, finalement, j'ai beaucoup aimé la fin du roman et la sensation qu'il m'a laissée.
   
   En fait, si la fameuse 98e nouvelle est présente tout au long du roman, elle n'est que prétexte à autre chose. Prétexte à décrire le fameux été vécu par les quatre personnages: Kazami, Saki, Otohiko et Sui. Pour Kazami, la narratrice, cet été constitue une parenthèse flamboyante à côté de laquelle l'ordinaire semble un peu morne. Elle a l'impression de vivre dans un roman intense. Je me suis reconnue dans cette sensation, ce souvenir si fort d'une période qui a été idéalisée et dont un événement particulier marque la fin. Une période que nous regardons avec émerveillement, malgré les fêlures et les drames qui s'y sont joués. Une parenthèse, quoi.
   
   Je crois que c'est davantage ces parallèles qui m'ont touchée que l'histoire en tant que telle. J'ai eu de la difficulté à comprendre la fascination qu'exerce Sui sur son entourage, j'ai ressenti la détresse mais moins l'exaltation qui semble sous-jacente. Il m'a manqué un petit quelque chose pour ressentir cette intensité, en parallèle avec celle de l'été. J'ai beaucoup aimé les dernières scènes, toutefois.
   
   L'écriture est poétique, imagée. J'ai pu facilement imaginer les images volées, les sensations décrites. Ayant apprécié le style de l'auteure, je la relirai sûrement. J'ai moins aimé les dialogues, qui m'ont semblé jurer avec le reste. Je crois que je croyais davantage aux personnages quand ils ne parlaient pas!!! Bref, un bon petit moment de lecture.

critique par Karine




* * *