Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Mr. Pye de Mervyn Peake

Mervyn Peake
  Mr. Pye
  Titus d’Enfer

Mervyn Peake est un écrivain anglais (1911-1968).

Mr. Pye - Mervyn Peake

Galerie de portraits
Note :

   Mervyn Peake (1911-1968) est et restera toujours l'un de mes auteurs préférés pour sa trilogie "Titus d'Enfer; Gormenghast; Titus errant". Son imaginaire, qui n'a rien à envier à Tolkien ou à Powys, reste cependant relativement méconnu de notre côté du Channel. Dommage.
   
   Cet auteur aux multiples facettes: poète , romancier, peintre et dessinateur a laissé derrière lui une oeuvre romanesque empreinte de merveilleux et de poésie, habitée de personnages tendres ou inquiétants, comiques ou revêches, mais toujours extrêmement attachants, figures que le lecteur aura peine à oublier.
   
   Mervyn PEAKE a séjourné pendant trois ans sur l'île de Sercq où il s'est consacré à la peinture. C'est sur cette même île que se déroule l'action de Mr. PYE.
   
   Mais qui est donc Mr. Pye? Qui est ce petit homme délicieusement rondouillard et tiré à quatre épingles qui débarque un beau jour sur le port de Sercq? Son extrême politesse, sa gentillesse exacerbée, son parfait savoir-vivre, cachent-ils quelque mystère? Quel est le secret dessein de cet homme tellement sympathique qu'il finira, après avoir éveillé leur curiosité, par conquérir et bouleverser les coeurs et les esprits des îliens?
   
   Ce roman est, une fois de plus, l'occasion pour Mervyn Peake , avec tout le talent qu'on lui connaît, de nous offrir une truculente galerie de personnages cocasses, empêtrés dans leurs contradictions et leurs questionnements. Il nous livre avec "Mr.Pye" une sorte de conte moral, une réflexion sur le vieux thème manichéen du Bien et du Mal, de la rédemption et du martyre. Tout ceci, bien évidemment, vu à travers le prisme de l'écriture de Mervyn Peake, c'est à dire avec toute la drôlerie, la naïveté, la poésie, la tendresse et la profonde humanité dont il a toujours su orner ses récits. Mervyn Peake était (il le reste pour moi) un enchanteur.

critique par Le Bibliomane




* * *