Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Adolescents troglodytes de Emmanuelle Pagano

Emmanuelle Pagano
  Les Adolescents troglodytes
  Les Mains gamines
  Le Tiroir à cheveux

Emmanuelle Pagano est une écrivaine française née en 1969.

Les Adolescents troglodytes - Emmanuelle Pagano

Même si on ne comprend pas...
Note :

   Adèle, la narratrice conduit un bus scolaire (navette) dans une nature rude, montagneuse, épargnée par la civilisation, qui peut évoquer les Causses, le Vercors… Au gré de ses trajets et de ses pauses elle monologue longuement: observation inquiète et amicale des scolaires qu’elle transporte, filles et garçons de 2 à 15 ans, vivant comme elle dans les environs, une nature belle mais souvent hostile, qu’elle aime sans l’idéaliser.
   
   Son esprit vagabonde en flash back jusqu’à son enfance; un frère Axel, la mère décédée lors d’un accouchement difficile ainsi que le bébé.
   
   Elle évoque son opération, elle qui, jusqu’à l’âge universitaire, était un garçon et ne pouvait se sentir que fille.
   
    «J’ai été la petite sirène de ma mère»
   
   L’enfant se rêvait «fendue de douleur» comme la sirène du conte.
   
    Nous avons tous un sexe biologique auquel nous essayons de ressembler psychiquement. Nous avons coutume de nous identifier vaille que vaille à ce comportement social et sexuel qu’implique le fait d’être né fille ou garçon. Et il est de bon ton surtout à l’époque des neurosciences pour lesquelles nous ne sommes que des machines programmées par un ADN, de prétendre que le psychique et le biologique ne font qu’un.
   
   Mais Adèle est la preuve vivante que non. L’anatomie ne conditionne pas le psychisme. La nature et la culture ne se confondent pas. Le fait que certaines personnes n’acceptent pas «leur sexe», nous fait prendre conscience que même si nous nous sommes suffisamment accommodés du nôtre pour le supporter voire l’apprécier, vis à vis de notre corps, nous éprouvons parfois une étrangeté irréductible.
   
   Ce thème est traité ici avec pudeur et intelligence. Adèle détaille toutes les souffrances qu’elle a endurées pour accéder à une vie à peu près acceptable.
   
   Et aussi comment elle fera face à l’incompréhension des gens qui, peu à peu, vont apprendre qu’elle n’est pas une femme comme les autres.
   
   Adèle fréquente un homme, un chasseur, avec qui elle réussit à avoir des relations sexuelles, et qui ne s’aperçoit de rien.
   
   Difficile à imaginer…
   
   
    Je préfère lorsqu’ Adèle évoque sa relation complexe et conflictuelle avec son frère qu’elle aime toujours et réciproquement.
   
   Le frère, géologue et alpiniste, affronte les éléments avec un courage physique, une virilité qu’apprécie Adèle.
   
   Mais lui est effrayé par la démarche de son frère devenue sa sœur. Comme, avouons-le, nous le sommes un peu tous.
   
   Raison de plus pour ramener à la surface leur ancienne complicité d’enfants.
   
    «S’il venait à moi les yeux pleins, je me levais en répondant à ses questions aphones.
   
   Les bavardages étaient ramassés pour jamais autour du temps.
   
   On avait plusieurs hypothèses, des sucs de mots en silence, le souffle émondé, les excuses silencieuses de la montagne.

   
   La nature, Adèle ne veut pas en parler comme pour une carte postale.
   
   Elle en décrit les dures nécessités, la difficulté d’y vivre, la joie aussi.
   
    «L’automne de littérature, il ne dure pas. La flamboyance, les orangés lyriques des fayards, les ors brillants des saules, les verts acides mangés de soleil sur les bouleaux les rouges massifs étalés écarlates des érablières, ou à l’inverse, les rouges en pointillés et piquants des érables isolés dans les jaunes des autres arbres, juste le temps de la décrire le temps pour le vent de retourner au sol quelques feuilles et 2 ou 3 trajets avec mes gosses c’est fini.»
   
   Il est intéressant de remarquer que Sylvain, l’adolescent qui connaît l’histoire d’Adèle et la raconte à tous, lorsque le refuge dans la grotte autorise un certain rapprochement, Sylvain donc, qui admet parfaitement la démarche d’Adèle, se comporte lui-même comme un macho, en tatouant son doryphore sur la nuque de son amie, et annonçant que par ce geste, il pose son sceau sur son territoire avec l’assentiment de la jeune fille. Ils sont très tolérants et, cependant se comportent de façon traditionnelle…
   
    Dans l’ensemble, l’expression est souvent juste, la langue est belle, recherchée, mais toujours sobre.
    ↓

critique par Jehanne




* * *



Ça coince
Note :

   "Adèle est conductrice de navette scolaire sur un plateau très isolé, en altitude. Elle transporte une dizaine d'enfants et d'adolescents, essentiellement des fratries, dont les histoires se mêlent à la sienne. Pendant les trajets, dans les intempéries, ses souvenirs, ses pensées, glissent sur les routes écartées, pendant que grands et petits parlent, se disputent, se taisent. Elle se souvient de son corps mal ajusté, de sa propre adolescence douloureuse. Adèle est une fille née dans un corps de garçon." (site éditeur)
   

   A peine commencé ce roman, je suis perdu et plus j'avance plus je recule comme disait l'autre... Je n'y comprends rien et suis même obligé d'aller voir sur le site de l'éditeur un résumé, un indice qui m'aiguillera me permettra de me raccrocher à cette histoire à laquelle je n'entrave que dalle. Eh bien, même avec un résumé très détaillé, je n'y parviens pas. Déjà, être obligé d'aller voir de quoi il retourne sur d'autres supports ne me plaît pas, il est vrai que je ne lis quasiment jamais les quatrièmes de couvertures -celle-ci est vierge- et que je choisis mes lectures au titre, au nom de l'auteur et/ou de l'éditeur, et que parfois il faut un temps d'adaptation pour bien comprendre dans quelle histoire je suis, mais là, je suis totalement dans le flou.
   
   Je voulais lire Emmanuelle Pagano dont j'ai entendu parler pas mal, bon, tant pis...

critique par Yv




* * *