Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L comme: Le combat ordinaire, T.4 de Manu Larcenet

Manu Larcenet
  L comme: Le combat ordinaire
  L comme: Le combat ordinaire, T.4
  L comme: Blast, Grasse carcasse
  L comme: Presque
  L comme: Crevaisons - Une aventure rocambolesque du Soldat inconnu

Pour la bio de l'auteur on a tout intérêt à consulter "Le retour à la terre"

L comme: Le combat ordinaire, T.4 - Manu Larcenet

Planter des clous
Note :

   Le combat ordinaire, T.4: Planter des clous
   
    Manu Larcenet poursuit les aventures de Marco, le héros du "Combat ordinaire", dans un quatrième tome, "Planter des clous".
   
   On y retrouve donc Marco, installé avec sa compagne vétérinaire, mais surtout avec une petite fille, Maude, venue emplir son quotidien. Dans ce tome, il retourne aux chantiers navals où a travaillé son père, pour suivre la lutte des ouvriers qui veulent sauver leurs emplois.
   
   Présents dans les épisodes précédents, Marco n'a pas perdu ses vieux démons: les rencontres avec le psy rythment en effet le récit. Néanmoins, les crises d'angoisse, mémorables dans les trois premiers tomes, sont cette fois absentes. Un effet positif de la paternité?
   
   L'essentiel de l'ouvrage a néanmoins pour cadre ce chantier qu'il connaît par coeur, que ce soient les lieux ou les ouvriers. Et il est sensible qu'il n'arrive pas à considérer ce reportage comme un reportage classique. Il sait que c'est l'avenir des anciens camarades de son père qui est en jeu. Certains craignent d'ailleurs l'arrivée d'un "Mickeyland"!
   
   Ce tome est dans la même veine que les précédents: lucide, parfois désabusé, mais avec une pointe d'humour qui rend tout ceci extrêmement émouvant. Et l'implantation du récit dans la réalité ne fait qu'aider l'immersion dans cette excellente série. Par exemple, l'annonce des résultats de la présidentielle dans un bar du chantier le plonge dans un profond désarroi, quand il entend les futurs licenciés se réjouir de l'élection de Sarkozy qui doit permettre à "la France de se relever". Désarroi que je partage complètement, et que je trouve très bien rendu.
   
   Bref, comme je vous avais recommandé les trois premiers tomes, je ne peux que faire de même pour cette suite.
   ↓

critique par Yohan




* * *



Tomes 3 & 4
Note :

   Les commentaires de Yohan sur cette série m’ont donné envie d’y goûter et, comme l’occasion s’en présentait, j’ai pu emprunter les tomes 3 et 4.
   
   Je peux dire tout de suite que je partage l’enthousiasme de Yohan et même au-delà car j’octroie carrément un 5 étoiles pour ces 2 BD. Dès que je le pourrai je ne manquerai pas de lire les tomes 1 et 2 qui m’ont échappé pour cette fois et cette série va faire partie des cadeaux que j’offrirai désormais.
   
   Le tome 3 est une réflexion sur le thème de la paternité et les relations de filiation masculine, que l’on soit fils, que l’on soit père. Etendu avec un peu moins de spontanéité (normal sans doute, l’auteur est un homme) à fille ou mère. Comme la vie nous l’a déjà appris, aucun des deux rôles n’est facile à tenir si l’on y met un peu d’honnêteté et de réflexion et, pour bien comprendre la complexité du lien, il est indispensable d’avoir occupé les deux postes.
   
   Le tome 4 explore les thèmes disons, en gros, de la citoyenneté. Etre un adulte, votant, travaillant, participant à un certain monde, à une certaine économie et à une certaine société. Comme dit Yohan, pas de crise d’angoisse dans ce tome 4, mais c’est au profit de pas mal de soûlographies et petites fumettes, on ne peut donc pas vraiment interpréter cela comme une amélioration… La psychanalyse est toujours aussi efficace qu’on pouvait l’espérer mais la vie avance quand même, grâce surtout aux femmes il faut le reconnaître.
   
   Pour les deux, j’apprécie beaucoup le graphisme simplifié, expressif, vivant. Ces êtres aux traits caricaturaux ont une parfaite réalité. C’est cela le vrai dessin. Le bon, je veux dire. Celui qui ne nous laisse pas oublier que les nez sont au milieu des figures ;-)

critique par Sibylline




* * *