Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'été meurtrier de Sébastien Japrisot

Sébastien Japrisot
  Un long dimanche de fiançailles
  L'été meurtrier
  La passion des femmes
  Compartiment tueurs
  La dame dans l'auto avec des lunettes et un fusil

Sébastien Japrisot est le nom de plume de Jean-Baptiste Rossi, romancier et scénariste français né en 1931 à Marseille et mort le en 2003.

L'été meurtrier - Sébastien Japrisot

Sous le soleil
Note :

   C’est l’été, du coté des Alpes Maritimes. Fiorimont, aîné d’une famille de trois garçons qui vivent avec leur mère et leur tante sourde, surnommé Pin Pon car il est pompier volontaire, vit une histoire d’amour avec Elle. Elle, c’est Eliane, une jeune fille allumeuse débarquée au village peu de temps auparavant avec sa mère, que tout le monde appelle Eva Braun à cause de son accent germanique. Mais l’arrivée d’Elle dans le village n’est pas anodine, et elle a ses raisons de plonger le nez dans une vieille affaire qui marquera le village…
   
   Sébastien Japrisot réussit un tour de force assez magistral avec ce roman: il réussit à tenir le lecteur en haleine du début à la fin du roman. Cela démarre de manière assez mystérieuse. C’est Pin Pon qui narre l’histoire, et l’aspect naïf du personnage, rendu dans l’écriture, crée de la difficulté pour comprendre où nous mène cette aventure. Puis les points de vue changent (Elle, Cognata la tante sourde, Eva Braun), et chacun enrichit la trame de ce roman. De plus, le roman démarre et se clôt par le point de vue de Pin Pon, les deux parties encadrant un flash back. L’utilité de cette construction est de faire présager le pire tout en restant très flou, et de plonger immédiatement le lecteur dans un mystère qui ne le lâche plus.
   
   La trame se densifie donc au fur et à mesure des contributions, et plonge le lecteur dans une horreur qui parait inéluctable. Néanmoins, si l’issue de ce roman est assez prévisible, Japrisot parvient à faire rebondir l’action et à surprendre le lecteur jusque dans les dernières pages. Vraiment un ouvrage où le suspense est à son comble.
   
   Quant aux personnages, ils sont tous limite demeurés (Mickey, Bou-Bou, Loulou-Lou,… : rien que les surnoms sont éloquents!), mais attachants. Que ce soit Pin Pon qui tente désespérément de retaper une vieille bagnole ou Mickey qui rêve de gagner une course cycliste, chacun a un but, et on a envie qu’il l’atteigne. Bien entendu, Elle est mue par un autre objectif, moins louable, mais sous ses airs de vamp, elle suscite plus de pitié que d’indignation.
   
   Voilà donc un roman assez travaillé au niveau de l’écriture, avec un style oral bien rendu (il faut quelques dizaines de pages pour s’y habituer tout de même). C’est vraiment un livre que je conseille, et qui malgré ses 30 ans n’a pas vieilli.
   
   Le film a été adapté au début des années 80 par Jean-Jacques Becker, avec Isabelle Adjani et Alain Souchon. Je ne l’ai pas vu, mais j’ai entendu que lui avait un peu plus subi l’outrage du temps.

critique par Yohan




* * *