Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La ligne de beauté de Alan Hollinghurst

Alan Hollinghurst
  La ligne de beauté
  L’enfant de l’étranger

La ligne de beauté - Alan Hollinghurst

«Ils ont une morale de serpents à sonnettes»
Note :

   Nick Guest n'est même pas un Rastignac anglais. S'il loue une chambre dans l'hôtel particulier de la famille du député conservateur Gerald Fedden, c'est simplement parce qu'il est ami de ses enfants, Toby et Catherine. Ainsi sera-t-il amené à fréquenter tout le gratin de la société londonienne et à devenir ami avec la jeunesse dorée -voire clinquante- qui s'ennuie élégamment entre prises de coke et parties fines.
   
   Avec un humour pince -sans -rire mais aussi corrosif, Alan Hollinghurst nous peint ici le portrait d'un jeune homme tiraillé entre ses origines et le milieu qu'il fréquente, confronté à un monde dont il découvrira les coulisses mais auquel il n'appartiendra jamais totalement. C'est aussi l'occasion de brosser le portrait de ces années 80, les années fric, mais aussi les années- Sida, ce qui donne au roman une tonalité douce-amère au fur et à mesure de son avancée dans le temps.
   
   Alan Hollinghurst réussit à ne pas rendre antipathiques des personnages qui au départ n'avaient rien pour me plaire, ces play-boys gays et oisifs qui n'osent pas assumer leur sexualité par exemple, ou ce député inamovible qui méprise ses électeurs mais réussira toujours à se sortir de tous les chausse-trappes que le sort lui réservera, entre un concours de lancer de bottes et un scandale financier.
   
   Le style est chatoyant et alerte. 635 pages qui se lisent sans faiblir.
   
   Ce roman a obtenu le Man Booker Prize en 2004.

critique par Cathulu




* * *